Maison des femmes à Marseille : Natoo explique pourquoi ce projet lui tenait à cœur

, modifié à
  • A
  • A
natoo 0:45
Natoo a participé a une levée de fonds pour créer à la Maison des femmes de Marseille © Europe 1
Partagez sur :
Dans le deuxième volet de son livre "Icônne", la vidéaste Natoo parodie les injonctions des magazines féminins. Elle s'est également engagée pour les femmes en participant à la création d'une Maison des femmes à Marseille, comme elle l'explique lundi au micro d'Anne Roumanoff dans l'émission "Ça fait du bien". 
INTERVIEW

L'engagement par l'humour, mais pas seulement. La vidéaste Natoo, suivie par des millions de personnes sur YouTube, a publié un second tome de son livre Icônne, parodie de magazine féminin qui en dénonce les pressions faites aux femmes. Mais Natoo a également participé à une levée de fonds pour la création d'une Maison des femmes à Marseille. L'ancienne policière explique à Anne Roumanoff, lundi dans l'émission Ça fait du bienpourquoi cette cause est importante pour elle.

Une vidéo pour récolter 150.000 euros

Natoo a participé, avec 17 autres personnalités dont Alexandra Lamy et Philippe Katerine, à une vidéo promouvant la récolte de 150.000 euros de la Maison des femmes de Saint-Denis. Cette structure voulait ouvrir une deuxième Maison des femmes à Marseille. L'intervention de Natoo est non-négligeable quand on sait que plusieurs millions de personnes la suivent sur YouTube et ses réseaux sociaux.

"La Maison des femmes est une structure qui permet d'accueillir les femmes victimes de violences, quelles qu'elles soient, et de les accompagner, de faire de la prévention et de les soigner", explique-t-elle, avant de se réjouir du succès de la campagne de levée de fonds. "L'objectif a été atteint, c'est une réussite."

Une ancienne policière sensibilisée aux violences

Ancienne policière, la youtubeuse est particulièrement consciente de l'importance de ce genre de structures. "Dans cette Maison des femmes, on peut déposer sa plainte directement si on est par exemple victime d'agressions sexuelles ou autre. Ce qui facilite les démarches", explique-t-elle. "Comme j'étais policière avant, je sais que cette démarche de venir déposer plainte est déjà compliquée. Et ensuite, on vous dit d'aller faire constater vos blessures dans une autre structure. C'est une deuxième démarche. Là on peut tout faire au même endroit."

Créée en 2017, la Maison des femmes de Saint-Denis a récolté presque 155.000 euros de la part de plus de 3.600 contributeurs. Sa jumelle marseillaise devrait donc voir le jour dans les mois qui viennent.

Europe 1
Par Alexis Patri