Les trois quarts des Français ont une bonne image de la police

  • A
  • A
Selon ce sondage, une majorité des Français estiment aussi que la justice n'est pas sévère avec les policiers qui commettent des bavures (61%). Photo d'illustration.
Selon ce sondage, une majorité des Français estiment aussi que la justice n'est pas sévère avec les policiers qui commettent des bavures (61%). Photo d'illustration. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Selon les résultats d'un sondage dévoilés lundi, 76% des Français disent avoir confiance en leur police, rapporte BFMTV. 

Les Français apprécient leurs forces de l'ordre. C'est l'enseignement d'un sondage Elabe pour BFMTV. 76% des Français y confient avoir confiance dans la police. Cependant, ils sont davantage partagés sur leur attitude face aux "gilets jaunes", rapporte lundi le média d'information en continue.

76% disent avoir confiance. Selon les résultats de ce sondage, 74% des personnes interrogées disent avoir une bonne image des policiers. Et ils sont même un petit peu plus (76%) à a voir confiance en eux. Mais il existe néanmoins une disparité importante selon l'âge des sondés. Si 85% des personnes âgées se disent confiantes, ce n'est le cas que de 60% des 18-24 ans.

Un maintien de l'ordre face aux "gilets jaunes" "excessif" pour 39%. des Français divisés. Autre bémol : l'attitude à adopter face aux manifestations des "gilets jaunes". Les sondés sont divisés: le maintien de l'ordre a ainsi été excessif pour 39% d'entre eux mais insuffisant pour 32%. Enfin, 29% répondent qu'il a été "adapté". Les Français sont aussi partagés quand on les interroge sur l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD) : 60% estiment que les blessures qu'ils ont engendré étaient "inévitables" mais pour 38% des personnes interrogées, elles résultent d'un comportement excessif des forces de l'ordre.

Des policiers insuffisamment formés. Enfin, une majorité des Français estiment que la justice n'est pas sévère avec les policiers qui commettent des bavures (61%). Mais 72% d'entre eux pensent aussi que les dérapages dont ils peuvent être les auteurs sont surtout liés à un manque de formation.