À l'hôpital, des soignants inquiets face aux jeunes malades du Covid : "Ça peut nous arriver"

, modifié à
  • A
  • A
Pitié-Salpêtrière 7:21
Le service de réanimation de la Pitié-Salpêtrière voit passer des patients de plus en plus jeunes, certains n'ayant pas encore 40 ans. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Dans le service de réanimation de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, médecins et aides-soignants assurent que les malades accueillis sont de plus en plus jeunes, même si les statistiques continuent d'estimer à 64 ans l'âge médian des patients hospitalisés en France à cause du Covid-19. Pour les personnels soignants, l'impact psychologique n'est plus le même.
REPORTAGE

Ruben sort de trois semaines de coma. À seulement 32 ans, ce père de famille touché de plein fouet par le Covid-19 est passé très près de la mort. Hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, il est pris en charge par Thomas, infirmier en réanimation, qui l'aide à se passer progressivement du respirateur artificiel. Pour les soignants, ces jeunes patients, qui affluent désormais en nombre aux urgences, sont psychologiquement de plus en plus difficiles à prendre en charge, car ils leur rappellent qu’eux-aussi peuvent être frappés par la maladie. "Ruben a deux enfants, et j’en aurai bientôt deux aussi. On se bat à ses côtés. L'équipe est d'autant plus impliquée émotionnellement que c'est quasiment notre tranche d'âge à tous", confie ainsi Thomas à Europe 1.

Dans une autre chambre, sa collègue Nathalie termine les soins sur un patient de 40 ans. Cette aide-soignante est de plus en plus marquée par ces jeunes malades. "Avant, on se disait qu’on était intouchable, pace que l’on est jeune et que l’on peut vite s'en remettre", raconte-t-elle. "Mais maintenant, c'est difficile de voir ça. Ça nous fait peur, à nos familles également. Je me dis que ça peut nous arriver."

Des patients jeunes, souvent en surpoids

Jean-Michel Constantin, chef du service réanimation à la Pitié-Salpêtrière, fait la même observation depuis quelques semaines : "On a des patients jeunes, des patients très jeunes qui ont quelques comorbidités. Mais lorsque l’on ne trouve pas de trouble particulier, il y a un élément qui est clair, c'est le surpoids ou l'obésité. C'est une impression, mais une impression que l'on a tous", pointe-t-il, toujours auprès d'Europe 1.

L'âge médian des patients reste pour le moment de 64 ans, mais les spécialistes surveillent de très près les chiffres pour voir si cette tendance au rajeunissement, outre le ressenti des médecins, tend à se confirmer d’ici les prochaines semaines à travers les données statistiques.

Europe 1
Par Victor Dhollande, édité par Romain David