Les contrôles routiers bientôt invisibles sur les applications d'aide à la conduite

, modifié à
  • A
  • A
Les opérateurs de ces applications devront occulter pendant un temps donné le signalement de la position d'un contrôle routier.
Les opérateurs de ces applications devront occulter pendant un temps donné le signalement de la position d'un contrôle routier. © RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :
Les applications d'aide à la conduite, comme Waze ou Coyote, ne pourront bientôt plus signaler la présence d'un barrage des forces de l'ordre sur leur trajet, selon un projet de loi consulté par "Le Parisien".

Les barrages de police ou de gendarmerie vont bientôt disparaître des applications d'aide à la conduite comme Waze ou Coyote, selon les informations du Parisien lundi. Un projet de loi vient d'être soumis pour avis au Conseil d'État avant d'être présenté en Conseil des ministres en décembre prochain, selon le quotidien. Il s'agit de maintenir l'effet de surprise en cas d'opérations antiterroristes, de recherche de malfaiteurs, de contrôle d'alcoolémie ou de stupéfiants. 

Pour cela, les opérateurs seront tenus "d'occulter pendant une durée déterminée", pouvant aller de trois à 24 heures, "la rediffusion" du signalement d'un usager informant les autres automobilistes de la présence d'un contrôle routier, selon le texte de la loi consulté par Le Parisien. S'ils refusent, ils s'exposeront à deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

Une mesure utile pour lutter contre la criminalité. Le syndicat de police Alliance estime que cette future loi présente un intérêt majeur, notamment lors des opérations d'anti-criminalité ou de graves infractions routières. Le secrétaire national adjoint du syndicat rappelle qu'aujourd'hui, les trafiquants de drogue utilisent ces applications d'aide à la conduite pour éviter les contrôles de police lorsqu'ils font un go-fast (un transport de drogue à très vive allure). 

La présidente de la Ligue contre la violence routière, interrogée par le journal, espère quant à elle que cette mesure soit appliquée à tous les contrôles des forces de l'ordre, y compris ceux liés à la vitesse du véhicule.