Une aide de l'Europe pour les agriculteurs face à la sécheresse ? "Rien de nouveau sous le soleil", pour la FNSEA

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le gouvernement a demandé à Bruxelles de verser une partie plus importantes des aides européennes aux agriculteurs, en octobre, pour faire face à la sécheresse. Insuffisant, selon la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, interrogée sur Europe 1, lundi.
INTERVIEW

La sécheresse, une véritable plaie pour les agriculteurs. Alors que la France va subir une nouvelle canicule cette semaine et que les deux tiers du pays sont soumis à des restrictions d'eau, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a annoncé que le gouvernement allait demander à l'Union européenne le versement anticipé d'une partie des aides aux agriculteurs, soit une avance de trésorerie d'un milliard d'euros. Mais pour la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, interrogée sur Europe 1 lundi, ces aides, prévues pour octobre, arrivent trop tard.

Problème pour le fourrage

Concrètement, "50% des aides liées à la Politique agricole commune (PAC) sont attribuées à la mi-octobre", a expliqué le ministre de l'Agriculture au Parisien. "Nous allons demander à l'Union européenne de faire passer ce pourcentage de 50% à 70% et ce, dès le 16 octobre. Cela représentera un milliard d'euros d'avance de trésorerie supplémentaire."

" J'aurais préféré qu'il prenne des mesures pour permettre d'acheter du fourrage maintenant "

"C'est un ballon d'oxygène qui arrivera malheureusement le 16 octobre, c'est-à-dire dans trois mois", regrette Christiane Lambert. "J'ai proposé le péage gratuit pour tous les transports de paille et fourrage ou une aide aux transports. Malheureusement, ce n'est pas ce qu'il a choisi. J'aurais préféré qu'il prenne des mesures pour permettre d'acheter du fourrage maintenant, car c'est maintenant que les agriculteurs peuvent trouver de la paille et du fourrage. En octobre, il n'y en aura plus", défend-elle.

Didier Guillaume "détourne l'attention"

La présidente de la FNSEA dénonce par ailleurs un "effet d'annonce" autour des déclarations du ministre. "Ça fera du bien aux trésoreries, c'est indéniable, mais de façon pragmatique, il détourne l'attention avec cette annonce faramineuse. Ce sont des aides européennes qui sont versées aux agriculteurs chaque année, donc il n'y a rien de nouveau sous le soleil."