"Vivement les vacances scolaires" : la grève se poursuit, la galère des usagers aussi

  • A
  • A
grève 1:50
Le 13 décembre 2019, à la gare de l'Est à Paris, des voyageurs à bord d'un train lors d'une grève de la RATP et des salariés de la SNCF. © Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :
Alors que la grève à la RATP et à la SNCF se poursuit lundi, cette situation pèse, jour après jour, un peu plus sur le moral des Français et en particulier sur les usagers des transports. Demain, les Parisiens savent ce qui les attendent : des heures de perdues dans des rames de métro bondées. 
REPORTAGE

Lundi, les agents de la RATP et de la SNCF entament leur douzième journée de grève contre la réforme des retraites. Avec un trafic encore très perturbé, la journée de lundi s'annonce encore éprouvante pour de nombreux Français, contraints de trouver des alternatives pour arriver au travail à temps. 

La fatigue se fait sentir 

Doubler son temps de trajet et monter dans des rames de métro bondées, voilà ce que supporte quotidiennement Anita, depuis une semaine. Lundi, elle devra à nouveau se démener pour arriver au travail à l'heure, avant d'affronter sa semaine. "Il va falloir s'organiser au travail c'est-à-dire condenser le travail car on a moins d'heures dans la journée pour faire tout ce que l'on a à faire", explique-t-elle.

Fatiguée par ces heures passée dans les transports, Sophia, quant à elle, se plaint de "travailler avec l'angoisse de ne pas pouvoir rentrer le soir à la maison". 

"C'est cadeau"

Quant aux chanceux qui peuvent encore bénéficier du télétravail, d'autres galères les attendent, surtout s'ils ont des enfants en âge d'aller à l'école. C'est le cas de Carole, qui a du revoir son planning familial de la semaine. "Pas de périscolaire ce qui signifie pas de garderie, pas de cantine", se plaint cette mère d'une petit garçon. "Donc il faut aller le chercher, déjeuner, faire les devoirs. Tout ça en télétravaillant, c'est cadeau. Vivement les vacances scolaires et que ça s'arrête".

Si ces vacances de Noël sont attendues, elles risquent pourtant d'être perturbées par les grèves

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Tiffany Fillon