Isère : un référendum d'initiative citoyenne organisé par deux associations proches des "gilets jaunes"

, modifié à
  • A
  • A
(Photo d'illustration.) © BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Deux associations proches des "gilets jaunes" organisent jusqu'à lundi un référendum d'initiative citoyenne (RIC), une première en France. 

Deux associations proches des "gilets jaunes" organisent jusqu'à lundi à Saint-Clair-du-Rhône, dans l'Isère, un référendum d'initiative citoyenne (RIC) auquel pourront prendre part les habitants inscrits sur les listes électorales. Ce référendum propose de répondre à la question "Êtes-vous favorable au RIC en toutes matières ?". La consultation n'a cependant "pas reçu l'aval du maire" de cette commune de 4.000 âmes, Olivier Merlin, précise Daniel Fernandes, président de l'association "Uni-vers-S.E.L.", qui co-organise le scrutin.

Le référendum d'initiative citoyenne (RIC), une mesure qui n'existe pas dans le droit français et qui permet au peuple de donner directement son avis sur des textes de loi, est l'une des revendications principales des "gilets jaunes". 

"Une première en France". "Ce qu'on veut démontrer, c'est que le RIC est à la portée de tout citoyen. Plus on sera nombreux à le faire, plus on pourra démontrer que le vrai pouvoir, c'est le peuple qui le détient", explique Daniel Fernandes. Le bénévole rappelle que "rien ne peut empêcher un citoyen d'obtenir la liste électorale de sa commune".

Au total, vingt-cinq personnes, issues de l'une des deux associations (dont "Article 3") ou simple sympathisantes du mouvement des "gilets jaunes", se sont mobilisées pour l'organisation de ce que les médias locaux estiment être "une première France".

"On veut montrer l'exemple". Côté logistique, une mairie voisine a prêté aux organisateurs une urne pour procéder au vote, après le refus du maire de se joindre à leur initiative. Un huissier de justice a accepté de venir s'assurer de la conformité du scrutin à son terme, lundi, et validera les résultats. Un peu plus de 70 "électeurs" avaient déposé un bulletin dans l'urne samedi en fin d'après-midi, selon Daniel Fernandes.

Face à l'afflux de personnes extérieures à la commune - ne pouvant donc pas voter - venues apporter leur soutien, les deux associations ont ouvert un livre dans lequel tous peuvent symboliquement apposer leur signature. "On veut montrer l'exemple et tenter d'être un élément déclencheur. C'est avec l'addition des savoirs et des énergies qu'on arrivera à faire avancer les choses", soutient Daniel Fernandes.