INFORMATION EUROPE 1 - Permanence parlementaire d'Urvoas : l'enquête classée sans suite

  • A
  • A
Une association soupçonnait l'ex-ministre d'avoir acquis sa permanence parlementaire grâce à l'IRFM, puis de l'avoir revendue.
Une association soupçonnait l'ex-ministre d'avoir acquis sa permanence parlementaire grâce à l'IRFM, puis de l'avoir revendue. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Le parquet de Lorient avait ouvert une enquête en février après le signalement d’une association qui soupçonnait l'ex-ministre de la justice d’avoir acquis sa permanence parlementaire à Quimper grâce à ses indemnités de frais de mandat.

L’enquête préliminaire ouverte sur l’achat puis la vente de la permanence parlementaire de Jean-Jacques Urvoas a été classée sans suite, selon les informations recueillies par Europe 1.

Un signalement d'une association du Finistère. Le parquet de Lorient avait ouvert cette enquête au mois de février après le signalement d’une association finistérienne, qui soupçonnait Jean-Jacques Urvoas, ex-ministre de la justice et député du Finistère, d’avoir acquis sa permanence parlementaire à Quimper grâce à ses indemnités de frais de mandat (IRFM) puis de l’avoir remise en vente à 212.000 euros à la fin de son mandat. Après 6 mois d’enquête, la procureure de Lorient a choisi de classer sans suite cette enquête.