Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d'eau

  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
En Guadeloupe, l'eau et l'assainissement restent problématiques, du fait de la vétusté du réseau d'adduction.

Des habitants du Gosier, une des communes les plus touristiques de Guadeloupe, ont érigé pendant une bonne partie de la journée de lundi, des barrages dans toute la ville pour protester contre les coupures d'eau récurrentes, empêchant d'accéder ou de sortir du bourg et créant des bouchons monstrueux.

"Depuis des mois nous n'avons pas une goutte d'eau dans nos robinets", a indiqué à l'AFP Anny Phéron, l'une des porte-paroles du mouvement, pour justifier leur action. Depuis fin mars, en effet, les habitants de quelques quartiers du Gosier, alertent sur le non respect des tours d'eau solidaires (programme d'alimentation et de coupure d'eau sur les communes guadeloupéennes). "Je suis obligée de me lever entre minuit et deux heures du matin pour vérifier le retour de l'eau au robinet, remplir mes réserves. On est épuisés", s'indigne Mme Eustache, 62 ans.

"On fait des allers-retours, avec des seaux, des bouteilles..."

Les habitants racontent aussi les pannes de l'électroménager, "foutu" à cause du manque d'eau. Les éducatrices de la crèche du quartier, durement touchée par les pénuries, espèrent une amélioration à la rentrée. En attendant "on fait des allers-retours, avec des seaux, des bouteilles, et on respecte les normes d'hygiène comme on peut", soupire Eurielle Brosseau, l'une d'elles. Pour lever les barrages, les protestataires ont exigé de rencontrer le maire de la commune "qui a la compétence" sur la gestion de l'eau, rappellent-ils.

Au sortir de la réunion, ils ont obtenu quelques solutions comme des investissements dans des surpresseurs et la réorganisation des tours d'eau solidaires, pour une distribution de l'eau plus équitable. "C'est un plan d'urgence dans le plan d'urgence, mais ce n'est pas une véritable sortie de crise", a averti Jean-Pierre Dupont, le maire du Gosier, bien conscient qu'alimenter un quartier, signifie couper l'eau dans un autre. Après avoir été entendus, les usagers ont décidé de rouvrir la circulation dans le bourg, où commerçants, écoles et transports en communs ont suspendu leur activité toute la journée.