Grève : Laurent Berger ne "souhaite pas le blocage des transports pour Noël"

, modifié à
  • A
  • A
Laurent Berger est secrétaire général de la CFDT depuis 2012
Laurent Berger est secrétaire général de la CFDT depuis 2012 © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT dit dans une interview accordée au "JDD" son souhait qu'il n'y ait "pas de blocage des transports pour Noël". Le patron de la SNCF a lui appelé à la solidarité des cheminots en grève à l'approche des fêtes de fin d'année.

Onzième jour de grève, dimanche, à la SNCF et à la RATP. Le trafic reste très perturbé, avec un TGV sur quatre qui roule en moyenne, trois TER sur dix et deux Intercités sur dix. Dans ce contexte, la question qui brûle toutes les lèvres est la suivante : y aura-t-il des trains à Noël ?

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, s'est exprimé sur la question à l'occasion d'une interview publiée dans le Journal Du Dimanche. "La CFDT appelle à une manifestation le mardi 17 décembre. Pas à continuer le 18, le 19, etc...", commence le secrétaire général.

"Il faut sortir de l'impasse"

Il ajoute : "Je ne souhaite pas de blocage des transports pour Noël. Ne faisons pas payer l’addition aux usagers. Il serait insupportable qu’ils ne puissent vivre cette période de fêtes avec leurs proches. Il faut sortir de l’impasse. Mais stigmatiser les régimes spéciaux est la pire des bêtises !".

Sur Europe 1, samedi, le secrétaire fédéral du syndicat SUD-Rail estimait pour sa part que "le gouvernement vacille" et confirmait la détermination des grévistes à poursuivre le mouvement. "Soyons clairs : la CFDT Cheminots ne souhaite pas un blocage pendant les fêtes", réaffirme Laurent Berger. En revanche, "en janvier, si le texte n’a pas bougé, la CFDT continuera de se mobiliser" dit-il.

"Au gouvernement de jouer"

Laurent Berger regrette dans les colonnes du JDD que le mouvement de grève se durcisse. Selon lui, cette situation était évitable, "la preuve avec les policiers". Le secrétaire général de la CFDT conclut : "Au gouvernement de jouer. Il faut sortir de cette galère. Et vite".

Dans une interview accordée au Parisien, le premier ministre Edouard Philippe a demandé à ce que chacun prenne "ses responsabilités". Jean Pierre Farandou, le patron de la SNCF, a, pour sa part, appelé dans une vidéo à la solidarité des cheminots à l'approche des fêtes de fin d'année. 

Europe 1
Par Maxime Dewilder