"Gilets jaunes" : une mobilisation d'ampleur inédite des forces de l'ordre pour samedi

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après trois samedis de violence, l’exécutif a décidé de mobiliser pas moins de 89.000 policiers et gendarmes sur tout le territoire, soit 24.000 de plus que lors de l'acte 3 des "gilets jaunes", ainsi que des blindés à Paris, Marseille et Bordeaux.

C'est une mobilisation inédite qui en dit long. 89.000 policiers et gendarmes vont être mobilisés samedi, lors de la quatrième journée de mobilisation des "gilets jaunes", contre 65.000 le week-end dernier. Un signe concret de la "très grande violence" que craint l'Elysée et qui l'inquiète.

8.000 forces de l'ordre à Paris.Pour faire face au déferlement de violence que pourrait connaître Paris, 8.000 membres des forces de l'ordre vont être déployés dans plusieurs endroits stratégiques de la capitale. Car en plus des Champs-Elysées et de l'Arc de Triomphe, les casseurs pourraient vouloir s'en prendre à d'autres lieux emblématiques comme Bercy, où se trouve le ministère de l'Economie et des Finances. La gendarmerie a également suspendu tous les repos et rappelé tous les permissionnaires : 100 escadrons de mobiles sur 109 seront sur le pont, et 55 des 60 compagnies de CRS sont mobilisées. Du jamais vu. 

Même la brigade antigang, qui s’entraîne depuis trois ans pour les combats urbains contre les commandos terroristes, va déployer une centaine d'hommes dans les rues parisiennes. 

 >> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Des blindés de la gendarmerie dans les rues de la capitale. Mais la mobilisation exceptionnelle des forces de l'ordre à pied ne sera pas la seule chose inédite du week-end, puisque le Premier ministre Edouard Philippe a autorisé pour la première fois le déploiement de douze véhicules blindés à roue de la gendarmerie, les VBRG. Des blindés régulièrement utilisés en Nouvelle-Calédonie pour protéger les gendarmes des tirs, mais qui peuvent aussi servir pour dégager des barrages routiers, comme ce fut le cas à La Réunion, ou à Notre-Dame-des-Landes. Selon les informations d'Europe 1, deux autres VBRG vont également être positionnés à Marseille et à Bordeaux.

Plusieurs événements annulés ou modifiés. Pour éviter de disperser les forces de l'ordre dans la capitale, une dizaine de musées, dont le Louvre, le Musée d'Orsay, le Grand Palais, le Musée de l'Homme ou le Musée d'Art moderne, ont décidé de ne pas ouvrir leurs portes samedi. L'emblématique tour Eiffel ne sera également pas accessible au public, tout comme plusieurs salles de spectacles qui ont décidé de tenir portes closes. Ainsi, l'Opéra, le théâtre Marigny, la Comédie-Française (salle Richelieu et Studio Théâtre, mais pas le Vieux Colombier) et le théâtre des Champs-Elysées ont annulé leurs représentations.

 

L'autre manifestation de ce samedi, la Marche pour le Climat, a vu son parcours modifié pour l'éloigner des Champs-Elysées, où les "gilets jaunes" ont de nouveau appelé à manifester. La Marche partira donc de Nation et ira jusqu'à la place de la République, alors qu'elle devait à l'origine démarrer du Trocadéro, en direction du Champ-de-Mars.

Plus de la moitié de la 17ème journée de Ligue 1 reportée. Côté foot, plusieurs matchs ont été reportés à la demande des autorités, pour les mêmes raisons. PSG-Montpellier, prévu initialement samedi soir, mais aussi Toulouse-LyonMonaco-Nice ou encore, Saint-Etienne-Marseille se joueront à une date ultérieure.