"Gilets jaunes": une équipe de BFMTV et une journaliste du "Progrès" prises à partie

, modifié à
  • A
  • A
Les "gilets jaunes" tiennent samedi leur sixième journée de mobilisation.
Les "gilets jaunes" tiennent samedi leur sixième journée de mobilisation. © SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :
Une vingtaine de "gilets jaunes" ont notamment pris à partie un reporter et un cameraman de BFMTV à Saint-Chamond dans La Loire. La chaîne pourrait porter plainte.

Une équipe de BFMTV et une journaliste du Progrès ont été prises à partie samedi matin à Saint-Chamond dans la Loire par des "gilets jaunes", tandis qu'ils couvraient leur action de blocage de l'autoroute A47, a-t-on appris auprès de leurs rédactions.

Une caméra de BFM TV. Le reporter et le cameraman de BFMTV, accompagnés par deux agents de sécurité, ont déclaré avoir été ciblés par un groupe d'une vingtaine de "gilets jaunes" après avoir réalisé un duplex depuis l'aire du Pays du Gier, à Saint-Chamond. L'équipe de télévision a réussi à les empêcher de leur soustraire leur caméra, mais celle-ci a été endommagée durant l'altercation.

"Les micros ont été arrachés. Elle n'est plus en état de fonctionner", a précisé l'un des journalistes, en ajoutant qu'un des agents de sécurité a été légèrement blessé à une main. Il précise que la direction de la chaîne d'information en continu, dont "le nom a été conspué par les agresseurs", va très vraisemblablement déposer une plainte.

Une journaliste de La Tribune-Le Progrès agressée. Une heure plus tard, sur le même site, en bordure de l'A47, qui était coupée dans les deux sens par des incendies allumés sur la chaussée, une journaliste du quotidien régional La Tribune-Le Progrès a, à son tour, été agressée par deux personnes vêtues de "gilets jaunes".

"Ce couple l'a bousculée pour s'emparer de son smartphone avec lequel elle prenait des photos. D'autres 'gilets jaunes' sont intervenus pour récupérer et lui restituer l'appareil", a déclaré  le directeur départemental du quotidien, Patrick Maugé, qui a annoncé son intention de porter plainte.

Deux journalistes de France 2 agressées au péage du Boulou

Deux journalistes de France 2 Montpellier ont déclaré samedi avoir été "violemment" agressées samedi par des manifestants "gilets jaunes" alors qu'elles couvraient un rassemblement au Boulou, près de la frontière franco-espagnole. Anne Domy, rédactrice, et Audrey Guiraud, journalistes reporter d'images (JRI), se trouvaient près du péage de l'autoroute A9 du Boulou, que des manifestants avaient partiellement bloqué au cours de la journée.

"Tout a basculé dans l'après-midi, quand les forces de l'ordre ont lancé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et qu'un mouvement de panique s'est emparé de la foule", a expliqué Anne Domy. "Avec ma collègue, on a été prises à partie, pourchassées, frappées par une foule de manifestants qui nous a complètement encerclées", a-t-elle dit encore sous le choc. "Vendues", "vous ne faites que trafiquer la réalité", criaient avec rage des "gilets jaunes", hommes et femmes confondus, a-t-elle ajouté. Les deux journalistes disent avoir été "sauvées" par un "gilet jaune" qui s'est interposé et leur a permis de s'enfuir "sous une pluie d'insultes". Les deux journalistes de France 2 ont porté plainte. La chaîne a indiqué qu'elle comptait également déposer une plainte.