"Gilets jaunes" : le jour d'après sur les Champs-Élysées...

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Samedi, les manifestants ont dressé des barricades de fortune et jeté des pavés sur les forces de l'ordre. Les dégâts, considérables, sont encore en cours d'évaluation.
REPORTAGE

La manifestation des "gilets jaunes", samedi, perturbée par des casseurs de l'ultra-droite, a laissé des traces. Suite au face-à-face tendu entre manifestants et forces de l'ordre jusqu'à la tombée de la nuit, la plus belle avenue du monde avait des airs de champ de bataille lundi : fumée noire, pavés descellés, barricades de fortune… Les réparations vont prendre du temps, me^me si la circulation a pu reprendre dimanche.

Des dégâts considérables. Les barrières de chantier qui avaient servi à dresser des barricades sont entassées sur les trottoirs. Sous une pluie fine, les ouvriers construisent déjà des palissades en bois pour protéger les boutiques dont les vitrines ont volé en éclat. Gaëtan, lui, contemple sa grue orange de 54 tonnes qui a brûlé hier. Il ne pourra pas reprendre son travail sur un chantier lundi. "Je suis un peu dégoûté. C'est la grue qui me permet de gagner ma vie", regrette-t-il. "C'est déplorable. Moi aussi je suis mécontent de plein de choses. Mais là ça va coûter très très cher, les assurances ne couvriront pas tout."

Marie, elle, fume une cigarette devant la terrasse vide de sa boulangerie. Samedi, les manifestants ont jeté les tables et les chaises sur les policiers. "J'étais un peu choquée de voir la terrasse dans cet état. C'est dommage parce que le matin, avec les "gilets jaunes", c'était bien, c'était calme. Et ils nous ont aidé en ramenant les chaises qui avaient été prises. Mais après, quand ça a commencé à casser, c'est dommage", lâche-t-elle. Les dégâts sont en cours d'évaluation mais à quelques mètres de là, sur l'avenue de la Grande Armée, les travaux n'ont pas encore commencé.