Français disparu en Italie : "Il faut que les choses bougent davantage", presse une amie du jeune homme

, modifié à
  • A
  • A
Simon Gautier a disparu depuis vendredi en Italie.
Simon Gautier a disparu depuis vendredi en Italie. © DR
Partagez sur :
Une vingtaine de proches de Simon Gautier arpentent toujours la côte de Policastro, en Italie, à la recherche du jeune homme de 27 ans, introuvable depuis une semaine.
RÉACTION

Simon Gautier est toujours porté disparu. Vendredi dernier, ce Français de 27 ans a chuté dans une falaise près de Policastro, un petit village au sud de Naples, en Italie. Il a laissé un message aux secouristes, à qui il a dit qu'il avait les jambes brisées, mais ceux-ci n'ont pas réussi à le localiser.

"On se sent un peu seuls"

Ses proches ont seulement appris la nouvelle lundi. Depuis, ils sont une vingtaine sur place pour tenter de le retrouver. Les amis de Simon Gautier ont en effet immédiatement pris la direction de Policastro et ont pu reconstituer une carte grâce aux données de l'ordinateur portable du jeune homme. Ils connaissent donc la zone où le chercher.

Sur place, l'une d'entre elles demande plus d'aide des secours italiens et français : "Il faut que les choses bougent davantage. Mon ami s'est blessé, il est en danger et on est mort d'inquiétude. On se sent un peu seuls. Il faut plus de personnes sur place et plus de moyens", appuie-t-elle au micro d'Europe 1. "On veut le retrouver et on le retrouvera", .

Suffisamment de vivres pour tenir quatre à cinq jours

Les autorités italiennes, critiquées depuis le début des recherches pour leur réactivité, ont renforcé leur dispositif vendredi. À présent, les secours locaux effectuent des survols par hélicoptères et drones. Ils ont également envoyé des spéléologues pour affiner leurs recherches sur une zone très escarpée et donc difficile d'accès. 

D'après nos informations, Simon Gautier aurait suffisamment de vivres pour tenir quatre à cinq jours. Reste à savoir si son sac est accessible ou s'il l'a perdu dans sa chute.

Europe 1
Par Victor Dhollande-Monnier, édité par G.P.