EXCLUSIF - Vitesse, téléphone au volant… Sur l'autoroute, les mauvais comportements en hausse

  • A
  • A
Près de 6% des conducteurs tiennent leur téléphone en main au volant, contre 3,7% en 2015.
Près de 6% des conducteurs tiennent leur téléphone en main au volant, contre 3,7% en 2015. © SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Dans son observatoire annuel, qu'Europe 1 vous dévoile en exclusivité, la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef) enregistre une hausse des mauvais comportements au volant.
EXCLUSIF

Alors que débute la première vague de départs en vacances, les mauvaises habitudes refont surface en voiture. C'est ce qu'indique l'observatoire annuel des comportements au volant de la Sanef, qu'Europe 1 vous dévoile en exclusivité. Vitesse, téléphone au volant et débords de poids lourds sur la bande d'arrêt d'urgence sont les trois dangers plus présents que jamais, selon les experts, qui ont fait leurs relevés sur deux tronçons de l'A1 et de l'A13.

Camions sur la bande d'arrêt d'urgence : des résultats inquiétants

Ce huitième rapport de la Sanef affirme que 21% des poids-lourds débordent sur la bande d'arrêt d'urgence. Soit un camion sur cinq et un écart toutes les deux minutes. Tous les quarts d'heure, un camion roule même carrément dans cette voie. Autant dire qu'un piéton ou une voiture arrêtée est immédiatement en danger de mort.

Pascal Contremoulins, responsable de la sécurité routière à la SANEF, pointe l'inattention des chauffeurs routiers : "La distraction, ce qu'on voit le plus", souligne-t-il au micro d'Europe 1. "Ça peut être le téléphone ou par exemple un usage d'un smartphone pour envoyer des mails, des SMS, ou une inattention due à une tache autre que la conduite. Ça peut être aussi et simplement de la somnolence", renseigne-t-il. Et de préciser que les deux sites étudiés étaient équipés de barrettes sonores censés éviter une intrusion sur la bande d'arrêt d'urgence.

Téléphone au volant, vitesse et distances de sécurité

Près de 6% des conducteurs tiennent d'ailleurs leur téléphone en main, contre 3,7% en 2015, selon Sanef. Chez les chauffeurs poids-lourds, le chiffre monte même à 15%. L'inattention et les manœuvres dangereuses représentent pourtant 30% des accidents mortels sur l'autoroute en 2018.

Et à cela s'ajoute la vitesse, à l'origine d'un accident sur sept sur l'autoroute. Or, les chiffres reviennent à leur niveau le plus élevé depuis la création de l'observatoire, après deux années de baisse : 43% des véhicules roulent en effet au-dessus de la vitesse autorisée, contre 38% en 2018. Et toujours, le non-respect des distances de sécurité.