Essonne : prison ferme pour l'auteur d'une agression au marteau dans un lycée

, modifié à
  • A
  • A
L'homme écope de six mois de prison ferme. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Un homme de 18 ans qui avait frappé début mars un élève d'un lycée de Draveil avec un marteau a été condamné à un an de prison, dont six mois ferme. 

Vêtu de noir, capuche sur la tête et marteau à la main, il avait poursuivi un élève jusque dans un lycée de Draveil, dans l'Essonne, et frappé à la tête un camarade qui s'interposait : la justice l'a condamné mercredi à un an de prison, dont six mois ferme. Le tribunal correctionnel d'Évry a suivi les réquisitions du parquet et interdit au jeune homme de 18 ans de se rendre à Draveil pendant deux ans. "Le coup de marteau, je ne savais même pas qu'il était parti, parce que je l'ai mis en mode voilà quoi...", s'est justifié le prévenu d'une voix nonchalante, les mains dans le dos. "Je voulais pas blesser quelqu'un, c'est dans les médias que j'ai appris que quelqu'un avait pris un coup de marteau", a-t-il juré.

Agression dans un lycée. L'agression, liée selon l'enquête à un conflit entre cités rivales, remonte au 12 mars. Ce jour-là à Draveil, deux jeunes avec un marteau poursuivent un élève du lycée professionnel Nadar jusque dans l'enceinte de l'établissement. Plusieurs camarades s'interposent et un pensionnaire de 15 ans reçoit un coup à la tête. Dans la cohue, un lycéen sort lui aussi un marteau pour s'opposer aux intrus. La bagarre cesse lorsque l'élève initialement poursuivi récupère un pistolet "gomme-cogne" - chargé de balles en caoutchouc - auprès d'un camarade et tire pour mettre ses agresseurs en fuite. Unique majeur interpellé, l'agresseur était seul à la barre mercredi. Trois lycéens mineurs impliqués dans la rixe doivent eux être jugés ultérieurement par un juge pour enfant. La police n'a jamais retrouvé le second agresseur.

"Expédition punitive". Agacée, la procureure a dénoncé les "explications très confuses et très peu crédibles" du prévenu. S'il portait une capuche et des gants, c'est "parce qu'il faisait froid", a-t-il avancé. S'il portait un marteau, c'était parce qu'il s'était fait agresser une semaine avant dans une ville voisine. Et s'il a poursuivi le lycéen, qu'il assure ne pas connaître, c'est parce qu'il "a essayé de me tirer dessus deux fois, mais son arme s'est enrayée". La vidéosurveillance de l'établissement montre que le lycéen n'avait pas encore d'arme à la main lorsqu'il s'est réfugié derrière les grilles, a rappelé la procureure. "La motivation de tout ça est très claire", a-t-elle estimé. "Il s'agit une énième expédition punitive dans la guerre entre les Mazières et les Bergeries", deux cités rivales de Draveil. En audition, participants et témoins de la bagarre ont gardé le silence, ou affirmé ne rien savoir.