Des "Américains accidentels" manifestent à Paris pour interpeller Donald Trump

  • A
  • A
Américains accidentels 1280
Une centaine de ces "Américains accidentels" se sont réunis dimanche à Paris. © ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
Partagez sur :

Des "Américains accidentels", qui se voient contraints de payer des impôts aux États-Unis sans y avoir d'attaches, se sont rassemblés dimanche à Paris pour interpeller Donald Trump sur leur situation. 

Quelque 150 "Américains accidentels", des Français aux prises avec le fisc américain en raison de leur lieu de naissance, ont manifesté dimanche à Paris pour interpeller Donald Trump, en visite en France pour le centenaire de l'armistice de la Grande Guerre. "Nous avons bon espoir que nos demandes aboutissent, elles sont en tout cas prises très au sérieux" par le gouvernement Trump, a indiqué Fabien Lehagre, président de l'association regroupant les Américains accidentels (AAA).

Appel à la levée de toutes les obligations fiscales. Estimées à 10.000 en France et plus de 300.000 en Europe, ces personnes ont acquis automatiquement la nationalité américaine parce qu'elles sont nées aux États-Unis, mais elles ont souvent quitté le pays très jeunes et n'y ont plus d'attaches. L'AAA, basée à Paris, avait appelé à une manifestation au pied de la réplique de la Statue de la Liberté sur l'allée des Cygnes, en bord de Seine, pour "demander au président Donald Trump de lever toutes les obligations fiscales américaines pour les personnes ayant la double nationalité américaine et de leur permettre de renoncer à leur citoyenneté sans frais". Depuis l'adoption en 2010 du Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA), qui substitue le critère de la nationalité à celui du domicile fiscal, ces citoyens se voient obligés de déclarer leurs revenus aux États-Unis, et le cas échéant d'y payer des impôts.

Sans passeport et au bord de la banqueroute. En cas de refus, leurs établissements bancaires s'exposent à des sanctions. Ce qui les pousse à refuser à ces clients l'accès à des services financiers tels que l'ouverture de comptes bancaires ou la souscription d'une hypothèque. "Je sais que le courrier que j'ai écrit il y a un mois au gouvernement Trump est arrivé au plus haut niveau. Et le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a eu des échanges récents avec le gouvernement français et des membres de la Commission européenne", a indiqué Fabien Lehagre. Les "'Américains accidentels' aimeraient se défaire de cette nationalité", souligne-t-il, alors que Donald Trump, lors de sa campagne électorale pour les élections de mi-mandat, a affirmé vouloir mettre fin au droit du sol, qui stipule que tout enfant né sur le territoire américain a la nationalité américaine.

Ces "'Américains accidentels' ne profitent pas des avantages offerts par les États-Unis, ne détiennent pas de passeport américain dans la plupart des cas, ne parlent souvent pas anglais et peuvent perdre toutes leurs économies en impôts et amendes avant de pouvoir renoncer à leur citoyenneté", rappelle l'AAA.