Comment des avocats nous ont raconté le client qui a bouleversé leur vie

, modifié à
  • A
  • A
"Mon client et moi" est un podcast Europe 1 Studio
"Mon client et moi" est un podcast Europe 1 Studio © Stéphane Oiry/Europe 1
Partagez sur :
Avec "Mon Client et moi", son nouveau podcast judiciaire, Europe 1 Studio a cherché à savoir ce qui se passait dans la tête d'avocats pénalistes. Comment est née cette idée ? Et quelles ont été les étapes nécessaires à l'aboutissement de ce projet ? On vous dit tout. 

Ils nous ont raconté une affaire et un client, celui qui les a fait douter, se questionner sur leur métier, sur le fonctionnement de la justice aussi. Dans "Mon client et moi", le nouveau podcast judiciaire d'Europe 1 Studio, dix avocats pénalistes se sont livrés comme rarement, dévoilant ce qui se jouaient dans leur tête à des moments précis d'un procès ou lors d'une rencontre avec celui ou celle qu'ils allaient défendre. 

"Pendant les interviews, j'avais presque l'impression d'être chez un psy", confiait lors du dernier Paris podcast festival, Me Eolas, l'un des avocats participant au podcast. Mais avant d'aboutir à ces récits très personnels, il a fallu cheminer…

Abonnez-vous à "Mon client et moi" sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloud, YouTube, Dailymotion et toutes vos plateformes habituelles d’écoute. Et si vous appréciez, commentez et ajoutez des étoiles !

Comment est né "Mon client et moi" ?

Tout est parti d'une idée : celle de faire un podcast autour de la justice, une thématique très forte pour l'identité d'Europe 1. "Nous ne voulions pas raconter les grandes affaires car certains le font depuis longtemps et beaucoup mieux que nous ne l’aurions sûrement fait. Christophe Hondelatte, sur l’antenne d’Europe 1, est par exemple une référence sur ce sujet", détaille Claire Hazan, la directrice d'Europe 1 Studio. 

"Nous nous sommes alors penchés sur la relation entre les avocats et leurs clients. Cela nous semblait fascinant car cette relation est à la fois très codifiée, et en même temps se jouent des histoires humaines incroyables et complexes. Et puis elle est souvent figurée dans les séries, les films, de façon un peu fantasmée ou clichée. Nous avions envie d'explorer cela dans le réel", précise-t-elle. 

 

Comment les avocats se sont confiés à nous 

Pour réussir à obtenir des témoignages forts et intimes, Margaux Lannuzel, la narratrice et autrice du podcast, a passé du temps avec les avocats. "J'ai commencé par aller les voir et je leur ai demandé de me parler du client qui avait bouleversé leur vie. Pour certains, cela n'a rien donné mais d'autres ont été amenés à travers ce client à réfléchir à la notion de vérité, à la question de la responsabilité, etc.", détaille-t-elle. 

Une fois la bonne histoire en poche, elle ne les lâche plus. Rassure celles et ceux qui doutent pour les convaincre de partager leur histoire. "Il fallait établir un lien de confiance avec eux. Certains m'ont dit avoir fait resurgir des souvenirs qu'ils avaient enfouis. C'est vrai, que l'on n'était pas loin d'une séance de psy !".  

Comment on a changé notre façon d'écrire des histoires

Pour faire de ce podcast un récit palpitant et vous proposer une immersion dans les coulisses du métier d’avocat, l'équipe d'Europe 1 Studio a également changé sa façon d'écrire. Car un épisode de podcast s'articule différemment d'un reportage ou d'un sujet radio. Un exercice pas évident au départ pour Margaux Lannuzel, journaliste web.

"J'ai mis du temps à comprendre que j'allais être un personnage à part entière du podcast", explique Margaux Lannuzel. "Quand on est journaliste, on n'a pas l'habitude de dire "je" et de faire partie de l'histoire que l'on raconte". Petit à petit, elle a pris le pli et endosser le rôle de narratrice, pour porter les témoignages des avocats, faire progresser le récit et même ajouter du suspense.

"Il a fallu construire une dramaturgie", complète Adèle Ponticelli, cheffe de projet à Europe 1 Studio. "Pour écrire les histoires, nous nous sommes aidées de deux livres d'écriture de podcasts et de scénario : Out of Wire , une BD sur la création de podcasts et Save the cat, un livre de référence dans l'écriture de scénario". Lecture conseillée à tous les futurs auteurs et autrices de podcast !

Comment on a trouvé la musique qui donne le ton 

Si les notes du générique trottent encore de votre tête, c’est notamment grâce à Guillaume Vasseau, le réalisateur de "Mon client et moi". Pour trouver la bonne musique il a passé des heures à écouter une cinquantaine de morceaux. 

"Nous cherchions quelque chose d'intimiste. Nous ne voulions pas une musique qui soit trop glauque, trop angoissante car l'idée était de traduire la relation entre un client et un avocat pas de raconter un fait divers. Je voulais quelque chose d'un peu plus neutre et qui puisse s'adapter aux différents épisodes, aux différentes histoires, aux différents types de voix des avocats."

Comment on a trouvé un visuel qui claque

Ensuite, il a fallu transcrire les histoires en images fortes et impactantes. Pour cela, rien de mieux qu’un dessinateur de BD. L'équipe d'Europe 1 Studio a donc fait appel à l'illustrateur Stéphane Oiry, qui aime travailler sur histoires judiciaires et criminelles.

"J'ai d’abord représenté un avocat qui discute avec son client au tribunal mais je me suis rendu compte que cela ne collait pas avec les contraintes liées au podcast", explique Stéphane Oiry. Oui, car il faut savoir que sur les applications de podcast l'image apparaît en tout petit format. Donc pour qu’il soit lisible, le dessin doit être minimal. Et le titre doit occuper une grande place. 

"Après plusieurs aller-retour, j'ai soumis l'idée de montrer uniquement l'avocat et de symboliser le client par le dossier qu'il tenait dans ses mains." Pour les visuels par épisode, Stéphane Oiry est, là encore, allé à l'essentiel en imaginant un gros plan ou un portrait avec peu de détails. "Pour le premier épisode, dans lequel il est question d'une femme qui est morte après avoir reçu une multitudes de coups de couteau, j'ai choisi de montrer une main avec un poignard. L'idée, c'était que les abonnés au podcast comprennent rapidement de quoi il s'agit. De cette façon, ils sont plongés directement dans l'ambiance". 

Et si vous voulez vous y replonger, c’est par ici : 

L'homme qui n'avait pas tué sa mère

episode 1

L'avocate qui voulait sauver son pirate

episode2

La fillette qui avait piégé son agresseur

episode3

La gamine devenue tortionnaire

episode4

L'avocate qui voulait lâcher son braqueur

episode 5
Europe 1
Par Clémence Olivier