Cinq morts dans un Ehpad : "Quand on place sa maman, ce n'est pas pour qu'elle finisse intoxiquée"

  • A
  • A
Partagez sur :
La maman d'Emmanuel, pensionnaire d'un Ehpad près de Toulouse, est morte suite à une possible intoxication alimentaire. Avec d'autres proches de victimes, il a l'intention de porter plainte.
TÉMOIGNAGE

Cinq pensionnaires de l'Ehpad de La Chêneraie près de Toulouse, sont mortes dans la nuit de dimanche à lundi, suite à une probable intoxication alimentaire. Les proches des victimes cherchent toujours à comprendre, ce qui a pu arriver.

C'est le cas d'Emmanuel, qui a été prévenu en pleine nuit du décès de sa maman, par les gendarmes. Environ 1h30 après avoir pris son repas, un plat mixé comme semble-t-il l'ensemble des victimes de cette intoxication, elle a été prise de vomissements. Les secours n'ont rien pu faire.

Porter plainte, "la seule façon d'avoir accès au dossier". Emmanuel, qui habite en Franche-Comté, a pris le premier avion pour Toulouse pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer. "On est venu en avion avec ma sœur qui habite Lyon. Mais on a réussi à voir personne. A chaud, il faut savoir raison garder. Quand on place sa maman dans une maison de retraite, ce n'est pas pour qu'elle finisse intoxiquée", lâche-t-il, ému, sur Europe 1. Il confie par ailleurs avoir l'intention de porter plainte : "Je vais en discuter avec mes sœurs mais probablement. C'est la seule façon d'avoir accès au dossier et savoir ce qu'il s'est passé."

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Agnès Buzyn attendue sur place. Lundi, en fin d'après-midi, le directeur de la société Korian, propriétaire de cet établissement depuis la mi-février, a lu un communiqué de presse devant la presse pour faire part de sa compassion. Mais comme Emmanuel, tous les proches des victimes que notre reporter a pu rencontrer souhaitent désormais se regrouper, porter plainte, pour savoir qui est responsable de cette intoxication alimentaire. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, se rend également sur place mardi. "Nous devons comprendre les circonstances de ce drame", a-t-elle écrit lundi soir sur Twitter.

Europe 1
Par Benjamin Peter, édité par Grégoire Duhourcau