Black Friday : un entrepôt Amazon bloqué dans la Drôme par des militants écolos et des gilets jaunes

  • A
  • A
Depuis le vendredi 29 novembre, les actions de blocage contre l'entreprise Amazon se multiplient. (Image d'illustration)
Depuis le vendredi 29 novembre, les actions de blocage contre l'entreprise Amazon se multiplient. (Image d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Des militants bloquaient un entrepôt Amazon samedi matin dans la Drôme, au sud de Montélimar. Issus de plusieurs associations telles qu'Attac, Extinction Rebellion ou encore Jeunes pour le climat, ils ont été rejoints par des gilets jaunes. Au lendemain du Black Friday, ils dénoncent l'impact sur le climat de la surconsommation. 

Environ 200 militants altermondialistes d'Attac et de plusieurs associations comme Extinction Rebellion (XR), rejoints par des Gilets jaunes, bloquaient samedi matin un entrepôt d'Amazon dans le sud de Montélimar, dans la Drôme. Ils dénonçaient l’'impact sur le climat de la surconsommation. Depuis 8h30, ils ont déversé de la terre et des cartons symbolisant les activités d'Amazon et mis en place une chaîne humaine devant les trois entrées et sorties de la plateforme du géant mondial du commerce en ligne. "Des syndicalistes de la CGT d'Amazon et une cinquantaine de gilets jaunes nous ont rejoints", a précisé Raphaëlle Pradeau, d’ATTAC. Les forces de l’ordres ne sont pas intervenues.

 

A l'occasion du Black Friday, transformé à l'appel des protestataires en "Vendredi Noir", Amazon a notamment été déjà la cible vendredi de plusieurs actions près de Paris et Lyon ainsi que dans le Nord pour dénoncer "la surconsommation, les conditions de travail" dans les entrepôts du groupe américain et "l'évasion fiscale pratiquée massivement par la multinationale", selon Attac.

Le patron d'Amazon France se défend

A la suite de ces actions, le patron d'Amazon France Frédéric Duval a défendu l'entreprise américaine dans une interview au Parisien assurant que "l'e-commerce est une chance pour la France". "Nous permettons de donner du pouvoir d'achat aux Français. Si j'ai bien compris, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'en félicite", avait-il poursuivi.

Un constat partagé par Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, sur Europe 1 ce matin. Pour elle,l'interdiction du Black Friday, évoquée notamment par Delphine Baltho, présidente de Génération Ecologie, ne serait qu'une mesure "démagogique" qui "n'apporterait rien au sujet" : "Chaque Français a le pouvoir, dans sa manière de consommer, de changer les règles du jeu."