Trèbes : émotion attendue aux obsèques des quatre victimes

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après une cérémonie à laquelle participeront plusieurs ministres, dont Edouard Philippe, les victimes des attentats de Trèbes et Carcassonne vont être inhumées jeudi. 
TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Les derniers hommages et les obsèques des quatre personnes tuées par le djihadiste Radouane Lakdim ont lieu jeudi à Carcassonne et Trèbes, près d'une semaine après les attentats de l'Aude et le "sacrifice" du gendarme Beltrame qui ont bouleversé la France.

Cérémonie d'hommage à 9h30. Edouard Philippe, accompagné des ministres de l'Intérieur Gérard Collomb et de la Justice Nicole Belloubet, assistera aux cérémonies de Trèbes, au lendemain de l'hommage national rendu mercredi à Paris au colonel Arnaud Beltrame, qui incarne, selon les mots du président Emmanuel Macron, "l'esprit français de résistance". À Trèbes, petite ville paisible à une dizaine de kilomètres de la cité médiévale de Carcassonne, un hommage aux quatre victimes sera rendu à 9h30 dans les arènes de la ville où seront les cercueils, avec salut au drapeau, Marseillaise, dépose de fleurs et minute de silence. 

Une messe pour Arnaud Beltrame. Après l'hommage de Trèbes, les deux ministres, cette fois sans le chef du gouvernement, se rendront à Carcassonne pour visiter l'Espace d'information et d'accompagnement des victimes à 10h15, puis assisteront à 11 heures à la messe des obsèques du colonel Arnaud Beltrame en la cathédrale Saint-Michel.

Les trois autres victimes inhumées dans la journée. Premier à être tombé sous les balles de Radouane Lakdim : Jean Mazières, 61 ans, viticulteur à la retraite. Le petit délinquant radicalisé l'a abattu dans une voiture stationnée sur un terrain boisé de Carcassonne peu avant 10 heures. Enfant du pays, "Jeannot" sera inhumé à 14h30 dans la petite commune de Villedubert. Le conducteur, de nationalité portugaise, a été atteint d'une balle dans la tête, et est toujours hospitalisé dans un état grave.

Le tueur de 25 ans, qui s'est revendiqué du groupe Etat islamique, s'est ensuite rendu au Super U de Trèbes et a tué immédiatement près des caisses Hervé Sosna, 65 ans, un maçon à la retraite. Cet homme discret et intelligent, féru de poésie, avait choisi de devenir artisan pour ne pas quitter Trèbes et rester auprès de sa mère. Ses funérailles se tiendront dans la ville à 10 heures.

Entendu sur europe1 :
Ça va faire très mal. J'appréhende l'avenir

Christian Medves, 50 ans, chef boucher d'origine italienne, père de deux filles et tout jeune grand-père, est également tombé sous les balles du terroriste au début de la prise d'otage. Ce bon vivant et sportif accompli est décrit comme un commerçant au contact facile, qui tutoyait nombre de ses clients. Ses funérailles se tiendront à 16 heures, également à Trèbes, où prévoit d’y assister les rescapés du Super U, encore traumatisés. "J'y vais d'abord pour me recueillir et pour le souvenir de Christian que je connaissais depuis longtemps. C'est bien que toute l'équipe y aille", explique l'un d'eux. "Je ne dors pas trop, j'ai une boule au ventre. J'ai envie de pleurer, de me vider, mais je n'y arrive pas. Il faut penser à nous, prendre le temps, mais ça va être long", avoue cet homme qui craint le retour à la vie quotidienne. "Repasser devant l'accueil, où tout s'est passé et, chaque jour, devant la boucherie… ça va faire très mal. J'appréhende l'avenir".

Obsèques des victimes de Trèbes : "J'ai envie de pleurer, de me vider, mais je n'y arrive pas"

Où en est l'enquête ? La compagne du tueur, Marine P., une convertie de 18 ans, également radicalisée, a été mise en examen mardi soir pour "association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d'atteintes aux personnes" et incarcérée provisoirement. Les enquêteurs ont en revanche libéré un jeune de 17 ans, présenté comme un ami de Lakdim, faute "d'élément l'incriminant à ce stade".

Europe 1
Par Benjamin Peter et Jihane Bergaoui avec AFP