Affiche polémique pour le TGV : la mairie de Béziers gagne en justice face aux associations féministes

, modifié à
  • A
  • A
Les affiches en faveur de l'arrivée du TGV à Béziers avaient suscité une large polémique en décembre 2017.
Les affiches en faveur de l'arrivée du TGV à Béziers avaient suscité une large polémique en décembre 2017. © PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :
Le tribunal administratif de Montpellier a jugé mardi que l'affiche, installée par la mairie de Béziers en décembre 2017, mettant en scène une femme ligotée sur des rails n'était "pas une promotion des violences faites aux femmes".

La justice administrative a débouté mardi des associations féministes qui attaquaient la mairie de Béziers pour une campagne d'affichage en faveur du TGV mettant en scène une femme ligotée sur des rails et qui avait suscité un tollé politique.

Un "humour douteux" mais pas de "promotion des violences faites aux femmes". L'affiche, mise en place en décembre 2017, montre une femme ligotée sur des rails, hurlant à l'approche d'une locomotive à vapeur en arrière plan, assortie du commentaire en lettres capitales : "Avec le TGV, elle aurait moins souffert !". Cette affiche ne constitue "pas une promotion des violences faites aux femmes", malgré le fait que certains aient pu considérer qu'elle relevait "d'un humour douteux et provocateur", relève le tribunal administratif de Montpellier dans son jugement.

"Les affiches litigieuses ont pour objet de promouvoir la présence d'une ligne TGV à Béziers, qui est un objectif d'intérêt général", poursuit le tribunal, écartant les arguments des six associations, dont "Chiennes de Garde" et "Osez le féministes", qui attaquaient la mairie de Robert Ménard.

Des affiches retirées dès le lendemain de la polémique. L'affiche avait suscité également l'indignation de nombreux politiques, jusqu'à la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa, qui avait dénoncé une "campagne une fois de plus odieuse". Le maire Robert Ménard avait fait retirer les affiches au lendemain de leur mise en place, après le tollé.