Affaire Vincent Lambert : son neveu "extrêmement surpris" par le message des parents

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Près d'une semaine après l'arrêt des traitements, les parents de Vincent Lambert se disent aujourd'hui "résignés" à la mort de leur fils. Sur Europe 1, François Lambert ne cache pas son "apaisement" de pouvoir enfin dire adieu à son oncle.
INTERVIEW

C'est la fin d'un feuilleton. Les parents de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans, ont annoncé lundi matin, dans une lettre ouverte, la fin de leur opposition à l'arrêt des traitements. Un soulagement pour François Lambert, le neveu de Vincent. "Pour être tout à fait honnête, je craignais des réactions un peu plus violentes de leur part", confie-t-il sur Europe 1.

"Leur message est très contradictoire"

Six jours après l'arrêt des soins, ses proches se sont succédé lundi au CHU de Reims. D'abord Pierre et Vivianne, les parents, arrivés en fin de matinée. Puis François Lambert, en milieu d'après-midi. L'hôpital avait réservé les deux chambres voisines à celles de Vincent pour permettre aux différents camps de la famille de veiller sans jamais se voir. Mais après six ans de bataille judiciaire, l'heure semble plutôt être à "l'apaisement".

 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"J'étais dans le service, c'était très calme", raconte François Lambert au micro de Matthieu Belliard. Il se dit d'ailleurs "extrêmement surpris par le message des parents de Vincent parce qu'il est très contradictoire. Ils continuent de dire que c'est une mort qui lui est imposée, que c'est un assassinat et en même temps, comme ils sont résignés, ils vont être dans le recueillement et dans la dignité auprès de lui, ce qui est quand même de mon point de vue une très bonne chose". Dimanche, le père de Vincent Lambert avait en effet dénoncé, en arrivant à l'hôpital, un "assassinat déguisé" en cours. Une plainte pour "tentative d'homicide volontaire" a également été déposée.

"Faire en sorte que des affaires comme celle-là ne se reproduisent pas"

Alors, pourquoi une résignation si soudaine ? "Je pense honnêtement que c'est parce que la loi Leonetti les satisfait quelque part, parce qu'elle leur a permis de garder Vincent en vie pendant six ans et qu'elle leur permet beaucoup de procédures juridictionnelles". Le neveu du patient "espère" désormais que cette affaire fasse évoluer la loi. "La société est prête, tous les sondages le montrent. C'est le législateur qui doit régler ce problème et donner un cadre pour faire en sorte que des affaires comme celle-là ne se reproduisent pas".

François Lambert, lui, plaide plutôt pour l'euthanasie. L'arrêt des traitements "est un processus extrêmement éprouvant", avance-t-il. "Sur son corps, les effets sont très violents. Physiquement, on voit qu'il y a une lutte et un départ qui se préparent". Il compte désormais revenir au CHU dans la nuit pour dire adieu à son oncle : "Je ne sais pas si je vais lui parler, je pense que je vais mettre de la musique".

Europe 1
Par Thibauld Mathieu