Affaire Ramadan : la première plaignante modifie sa version des faits

, modifié à
  • A
  • A
Henda Ayari a mod
Henda Ayari a mod © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Entendue par les enquêteurs, Henda Ayari maintient ses accusations de viol mais change le lieu et la date des faits, selon les informations de "FranceInfo".

L'avocat de Tariq Ramadan dénonce des "incohérences et des mensonges". Selon les informations de FranceInfo, la première plaignante qui avait accusé le théologien de viol a fait évoluer sa version des faits par rapport à ses premières accusations à l'automne. Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante féministe, réentendue par les enquêteurs la semaine dernière, maintient sa version sur le viol qu'elle aurait subie. Mais selon ses déclarations, cette agression se serait déroulée à une date et à un endroit différents que ceux évoqués dans la première plainte.

Lieux et dates différents. Après avoir fouillé dans ses "notes, agendas, répertoires, relevés de comptes et talons de chèques de l'époque", comme le souligne FranceInfo, Henda Ayari date le viol le 26 mai 2012, alors qu'elle évoquait fin mars-début avril dans sa première plainte. Elle le situait également à l'hôtel Holiday Inn de la gare de l'Est et le situe désormais à l'hôtel Crown Plaza, place de la République.

"Quand on a été violée, on se souvient généralement du lieu", dénonce le conseil de Tariq Ramadan, Emmanuel Marsigny, sur FranceInfo. "On change d’hôtel, on change de date, bientôt on changera aussi d’auteur des faits", poursuit-il. "Tout ceci n’est pas sérieux. Ce qui est dramatique, c’est que mon client est maintenu en détention au motif précisément que des vérifications auraient été faites pour crédibiliser les accusations."

"Je n'ai jamais menti". Henda Ayari a rapidement réagi sur les réseaux sociaux aux accusations de l'avocat du théologien. "J'ai été entendu par les juges et non les enquêteurs. Après de longues, j'ai retrouvé des éléments importants (date et lieu) qui prouvent que je n'ai jamais menti contrairement à ce que dit l'avocat de Tariq Ramadan qui veut me faire passer pour une menteuse", écrit-elle sur Twitter.

Trois plaintes visent Tariq Ramadan. L'avocat du théologien envisage de formuler une nouvelle demande de remise en liberté de son client, alors que la précédente a été rejetée la semaine dernière. Deux autres plaintes visent également Tariq Ramadan. Une autre femme évoque des "scènes de violence sexuelle d'une grande brutalité", qui se seraient déroulées dans un hôtel de Lyon. Une troisième plainte a également été déposée pour des faits de viols, de violences, de menaces et de chantages.

Europe 1
Par Dylan Gamba