À 17 ans, Eva a été victime de "revenge porn" : "Il m'a bien retourné le cerveau"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À 17 ans, Eva a été cyber-harcelée en ligne. Son ancien petit-ami a diffusé une vidéo intime d'elle sur les réseaux sociaux. Jeudi, au micro d'Eve Roger elle revient sur cet épisode difficile de sa vie.
VOS EXPÉRIENCES DE VIE

Lorsqu'elle avait 17 ans, Eva, follement amoureuse de son petit ami, a tourné une vidéo intime à la demande de ce dernier. Mais après qu'elle ait rompu avec lui, il décide de diffuser le film sur les réseaux sociaux. Jeudi, au micro d'Eve Roger sur Europe 1, Eva, aujourd'hui 23 ans, raconte comment elle a vécu cette humiliation en ligne et comment elle a réussi à le faire sanctionner.

"Tout se passait très bien, j'étais très amoureuse de lui, c'était ma première relation amoureuse. Au bout d'un moment, il m'a demandé de tourner une vidéo intime. Je n'en n'avais pas trop envie, je savais que c'était risqué. Mais il me faisait du chantage affectif en me disant que ça lui ferait plaisir, que notre couple était basé sur la confiance. Et que si je ne le faisais pas, c'est parce que je n'avais pas confiance en lui, qu'il allait me quitter. Je me disais que je ne voulais pas le perdre. À l'époque, c'était la seule personne qui s'intéressait à moi, j'étais un peu perturbée par tout ça. Il m'a bien retourné le cerveau.

Éva cède et lui envoie cette vidéo intime. Quelques temps après elle rompt avec son petit-ami. Par vengeance, il diffuse la vidéo dans son cercle d'amis...

"Un soir, un ami m'a appelé en me disant que la vidéo avait été postée sur le groupe privé Facebook d'un jeu en ligne sur lequel on s'était rencontré. J'ai directement signalé la vidéo à Facebook qui l'a retirée au bout d'une quinzaine de minutes. Ça a été assez rapide mais le mal était déjà fait, quasiment tous les membres du groupe l'avait vue.

À cause de cette vidéo, j'ai perdu pas mal d'amis que j'avais en ligne. Je me faisais insulter de tous les noms. La vidéo a aussi été monétisée en monnaie virtuelle. Je suis passée par énormément d'étapes. Au début, j'avais peur que ça se sache dans ma vraie vie, que mon père soit au courant, car mon ex et ses amis avaient mon numéro de téléphone et ils appelaient sur mon fixe. Parfois ils appelaient pour me menacer, pour me dire de me taire, de ne pas en parler aux modérateurs du jeu par crainte que leurs comptes soient fermés.

>> De 15h à 16h, partagez vos expériences de vie avec Olivier Delacroix et Eve Roger sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Finalement elle réussit à les faire sanctionner…

J'ai réussi à rentrer en contact avec l'équipe de modération du jeu et leurs comptes ont été fermés. Mais je regrette de ne pas avoir porté plainte. À l'époque, je ne voulais pas que mon père soit au courant, je ne voulais pas lui faire de la peine. En revanche, j'ai mis en garde ma petite sœur en lui parlant de toute cette histoire. Elle a 4 ans de moins que moi et elle a l'a bien compris."

Europe 1
Par Clémence Olivier