Alpes : la pollution aux particules dure

  • A
  • A
Partagez sur :

Les vallées alpines sont frappées depuis plusieurs semaines par un épisode de pollution aux particules d'une durée exceptionnelle, qui a entraîné le dépassement des seuils réglementaires européens, ont indiqué jeudi des associations agréées de surveillance de la qualité de l'air. "Cet épisode de pollution a un caractère particulièrement exceptionnel par sa durée", a souligné Marie-Pierre Vagnont, de l'association pour le contrôle et la préservation de l'air en région grenobloise (Ascoparg).

Cet épisode de pollution, entamé début novembre dans certaines vallées, s'explique par une augmentation des émissions dues aux chauffages, couplée à une absence de vent qui empêche la dispersion des particules. En zone montagneuse, "l'espace est très contraint par la géographie. Les masses d'air restent bloquées au sol", explique Mario Duval, ingénieur d'études à Air APS (Air de l'Ain et des Pays de Savoie).

A Grenoble, les seuils limites ont été dépassés, avec des concentrations de particules fines supérieures à 50 microgrammes par m3, pendant 40 jours depuis le début de l'année, selon l'Ascoparg. Or, les concentrations dans l'air des particules fines ne doivent pas dépasser 50 microgrammes par m3 pendant plus de 35 jours par an, selon la réglementation européenne.