20/20, coefficient 50… Comment des profs de lycée contestent la réforme du bac

, modifié à
  • A
  • A
Les professeurs ont innové leur mode d'action pour se faire entendre rue de Grenelle : ils notent leurs élèves 20/20 ! (Photo d'illustration)
Les professeurs ont innové leur mode d'action pour se faire entendre rue de Grenelle : ils notent leurs élèves 20/20 ! (Photo d'illustration) © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
Opposés à la réforme du bac, des professeurs de quelque 400 lycées ont décidé de mettre une note factice à leurs élèves, et ainsi fausser le système de notation de l’Éducation nationale.
ON DÉCRYPTE

"Vous avez toute ma confiance" : avec ces quelques mots, joints à une note de 20/20, des professeurs de lycée se sont attirés les foudres du ministère de l’Éducation nationale… Depuis plusieurs semaines, une grève du zèle avait été entreprise par de nombreux professeurs pour protester contre la réforme du lycée et du bac. Elle prévoit notamment, à l'horizon 2021, une disparition des séries L, ES et S.

Alors que la mobilisation enseignante était noyée dans celle des "gilets jaunes" et que la grève ne portait plus ses fruits, de l’aveu même d’un syndicat, le corps enseignant a innové pour se faire entendre…

20/20, coefficient 50 !

Dans une centaine de lycées généraux et technologiques, des professeurs ont ainsi décidé de mettre 20/20 à leurs élèves, d’après un décompte du syndicat Snes-FSU, majoritaire chez les enseignants du second degré, joint par Europe 1. Certains professeurs y mettent un coefficient 50, au moment de rentrer les notes dans le logiciel qui centralise les évaluations, de manière à fausser la moyenne. Et, à chaque fois, est accolée l’appréciation suivante : "Vous avez toute ma confiance."

Mise en demeure du proviseur. "Une modalité d’action par le biais de l’évaluation est visiblement ce qui fâche le plus", relève Claire Guéville, secrétaire générale en charge des lycées au Snes-FSU. "Et ça a donné lieu à une surréaction autoritaire du ministère", ajoute-t-elle. Au lycée Diderot à Langres, en Haute-Marne, par exemple, la notation systématique à 20/20 a conduit à la "descente" de trois inspecteurs pédagogiques régionaux, dépendants de l’Éducation nationale, raconte Claire Guéville, évoquant une "pression institutionnelle qui a accouché d’une souris".

À Nantes, dans un lycée où les enseignants ont massivement eu recours au 20/20, le proviseur leur a envoyé le 8 mars un courrier pour les "mettre en demeure de rectifier rapidement ce qui relève d’une faute professionnelle, et potentiellement, d’un délit" :

lycée

"L’évaluation continue". Du côté du ministère de l’Éducation nationale, le directeur général des ressources humaines Édouard Geffray a rappelé sur franceinfo que "mettre 20/20 à un élève, ce n’est pas le meilleur moyen de lui rendre service, cela ne lui permet pas d’identifier ses points faibles (…) C’est pour cela que cela mérite un rappel à l’ordre". Pour autant, le Snes-FSU assure que les élèves n’en sont pas pénalisés : "l’évaluation continue malgré tout. Avec le travail qui est fait en classe au quotidien, avec le dialogue…", assure Claire Guéville, également professeure d’histoire-géographie. Et, comme l’illustre un article de Midi libre, certains professeurs continuent de noter normalement leurs élèves : ce n’est qu’au moment de rentrer la note dans le logiciel que tout change.

Sabotage administratif

Car l’idée est bien d’enrayer le système de la sélection par la note, en y opposant une forme de résistance administrative : en faussant les notes dans le système informatique de l’Éducation nationale, la plateforme Parcoursup ne peut plus avoir accès aux notes véritables des élèves et devient donc inutilisable. Une manière, selon le Snes-FSU, d’alerter jusqu’au rectorat et rue de Grenelle : "C’est un message adressé à toute la chaîne hiérarchique. On conteste la réforme du bac, dont on refuse la mise en œuvre, alors qu’on est confronté à des suppressions de postes et de moyens". "La grève, le pouvoir s’en moque ! Les personnels ont donc innové leurs modes d’action, mais ça ne veut pas dire pour autant la fin de la grève, ce sont des actions complémentaires, qui créent un rapport de force et ont un meilleur écho national", se félicite Claire Guéville.

Près de 400 lycées mobilisés à ce jour. Hormis les notes de 20/20, d’autres modes d’actions ont été mis en place, comme dans ce lycée à Nîmes où les professeurs ont refusé de faire passer le bac blanc. Ou bien encore dans une vingtaine d’établissements où les professeurs ont démissionné collectivement de leur fonction de professeur principal. Rien que dans la région Occitanie, ils sont 150 à avoir démissionné en signe de protestation, détaille Marianne. "En tout, il y a 394 lycées mobilisés. C’est un mouvement qui s’étale dans le temps, donc c’est sûrement plus… On constate une mobilisation qui fait tache d’huile", souligne Claire Guéville, confiant que cette mobilisation pourrait durer dans le temps, malgré le spectre de menaces agité par l’Éducation nationale.

La FCPE soutient le mouvement. Rodrigo Arenas, coprésident de la Fédération des Conseils des Parents d’Élèves (FCPE), s’est dit "inquiet" de la réforme du bac, qu’il juge "mal expliquée et mal engagée", auprès d’Europe 1. "On demande aux professeurs d’être les VRP de la réforme du bac, alors que ce n’est pas leur job. Ils ne sont pas tous à même d’orienter les élèves pour Parcoursup, et ne sont pas suffisamment formés pour mettre en place sereinement cette réforme… Il y a un vrai malaise dans l’Éducation nationale, et à la fin, ce sont nos gamins qui trinquent. Et beaucoup de parents d’élèves sont inquiets", déplore Rodrigo Arenas, qui demande le report de la mise en oeuvre de la réforme, et assure être "raccord" avec les professeurs mobilisés.