Un "piège à reines" écologique peut-il endiguer le fléau des frelons asiatiques ?

  • A
  • A
Partagez sur :
Un apiculteur breton a inventé un piège astucieux pour lutter contre la prolifération des frelons asiatiques qui décimaient ses ruches. Une technique qui fonctionne et qu'il espère désormais étendre pour traiter ce problème autrement qu'avec des produits chimiques. 

C'est une solution écologique, et qui pourrait faire des petits. Un apiculteur breton a inventé un piège astucieux pour lutter contre la prolifération des frelons asiatiques, dont l'expansion est terrifiante depuis leur arrivée en France il y a une quinzaine d'années. Sa cible ? Le plus important des insectes : la reine. 

Un bac avec deux conduits dimensionnés au centième de millimètre près

Lorsque 35 de ses 100 ruches d'abeilles ont été décimées en une seule année, ce problème est devenu une obsession pour cet apiculteur. Il s'est alors mis à observer les frelons, et s'est aperçu que les reines quittaient régulièrement les nids au printemps, pour aller en développer d'autres… Et que dans ces périodes d'absence, les frelons ne parvenaient pas à s'organiser et finissaient par quitter les environs.

L'homme s'est donc armé d'une imprimante 3D et a conçu, avec une une équipe d'étudiants en plasturgie, un bac contenant de la cire pour servir d'appât. Mais l'objet est surtout muni de deux conduits dimensionnés au centième de millimètre près, pour capturer uniquement les reines des frelons. Et ça marche : en s'attaquant à ce seul insecte, l'apiculteur est venu à bout de toute la colonie. 

Une entreprise pour exporter ce nouveau piège écologique

Depuis, l'éleveur d'abeilles a démarré une entreprise pour exporter ce piège, en espérant supplanter les méthodes d'intervention typiques des autorités, à base de produits chimiques extrêmement toxique pour la faune et la flore environnants. Un espoir pour venir à bout de cette espèce dite exogène, c'est-à-dire originaire d'un autre continent, et qui, une fois déplacée, fait des ravages. 

Europe 1
Par Fanny Agostini