Michel Desmurget dénonce le temps passé sur les écrans : "Chez les adolescents, c'est extravagant et hors-norme"

, modifié à
  • A
  • A
Dans son dernier livre "La fabrique du crétin digital", Michel Desmurget met en garde les parents des dangers des écrans sur les enfants
© Europe 1
Partagez sur :
Au micro de Philippe Vandel, le docteur en neurosciences et directeur de recherches à l'Inserm, Michel Desmurget, a mis en garde sur les dangers des écrans sur les enfants. C'est aussi l'objet de son dernier livre "La fabrique du crétin digital", paru au Seuil.
INTERVIEW

Invité de Culture médias vendredi, Michel Desmurger a tenu à démystifier la fameuse génération "Digital natives". Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, le QI moyen a baissé, et pour le docteur en neurosciences, les écrans sont responsables.

Selon Michel Desmurger, le constat est clair, le cerveau des enfants n'est pas fait pour être autant exposé aux écrans : "C'est un danger général qui touche tous les facteurs de développement, ça touche le développement intellectuel, le langage, l'attention, la mémorisation, le développement émotionnel et social."

Il donne aussi des chiffres sur temps d'exposition, selon les âges des enfants. Des chiffres similaires partout dans le monde, en France, aux Etats-Unis ou en Australie : "Chez des enfants de deux ou trois ans, on frise les trois heures par jour, des enfants de huit ans on frise les cinq heures, et puis les adolescents ça devient stratosphérique, puisqu'on est entre six heures et demi et sept heures. C'est trop ! C'est extravagant et hors-norme ! Ce n'est pas excessif, on est au-delà de l'excès !"

Pas d'écran avant 6 ans

Le directeur de recherche à l'Inserm en profite aussi pour démonter le mythe des "Digital Natives", la génération qui a grandi en même temps que le développement d'Internet, une légende urbaine selon lui : " C'est un mythe bien pratique, ça permet de dire "ils apprennent, ils savent différemment", quand on regarde, effectivement ils savent utiliser des applications trivialissimes, mais ce n'est pas parce que vous savez les utiliser que vous savez utiliser tout ce que le numérique peut avoir de positif. Le fait d'utiliser Facebook, Snapchat ou télécharger un podcast ne fait pas de vous un grand informaticien."

L'auteur de "L'Anti-régime : Maigrir pour de bon" explique aussi que les outils numériques ne peuvent pas remplacer un apprentissage en chair et en os : "Quand un adulte veut expliquer ce qu'est un verre à un enfant, il va lui montrer et en trois fois, il a compris. Or, on s'aperçoit qu'avec les outils numériques il faut entre 20 et 60 répétitions pour qu'il arrive à comprendre ce qu'est l'objet en question."

Enfin, Michel Desmurger donne quelques conseils aux parents à propos de l'utilisation de ses outils numériques sur leurs enfants : pas d'écrans avant 6 ans, une utilisation limitée à moins d'une heure après 6 ans, tout en évitant l'exposition aux jeux vidéo trop violents ou sexuels. Parmi les autres recommandations : éviter de prendre ses repas en regardant les écrans pour favoriser la concentration et l'interaction sociale.

Les + lus