Le tardigrade, cet animal microscopique mais invincible qui fascine les chercheurs

  • A
  • A
tardigrade 2:53
Le tardigrade est seulement visible au microscope. © Journal Nature, Nature Communications 7 / Wikipédia Commons
Partagez sur :
Températures extrêmes, rayons X, obscurité totale... Si pour de nombreux animaux, ces conditions ne leur permettraient pas de survivre, ce n'est pas le cas du tardigrade. Les facultés étonnantes de ce minuscule animal fascinent les scientifiques qui se penchent désormais sur lui pour développer la recherche contre le cancer.
ON DÉCRYPTE

La vie sur Terre est apparue il y a près de quatre milliards d’année, mais elle continue de nous surprendre un peu plus chaque jour. Elle a réussi à s’adapter à tous les environnements terrestres ; qu’il s’agisse des étendues glacées des pôles, des déserts arides équatoriaux, des pressions extrêmes au fond de l’océan, ou même du toit du monde et des cieux, rien ne semble résister à la puissance du vivant. Dans la plupart des cas, la vie doit être d’abord confrontée à un nouveau challenge avant de pouvoir le surmonter. Mais il arrive parfois qu’elle prenne un coup d’avance sur l’univers.

Moins d'un millimètre

Avez-vous déjà entendu parler du tardigrade, surnommé amicalement "ourson des eaux" ? Il s’agit d’un petit être tout potelé, cousin des arthropodes et dont la taille ne dépasse généralement pas le millimètre, mais qui fait preuve de capacités tout à fait extraordinaires. Avec ses quatre paires de pattes, sa bouille ronde et sa lenteur de déplacement, il ne lui en faut pas plus pour attirer la sympathie des personnes qui posent le regard sur lui, au microscope. Son super pouvoir ne réside pas dans sa capacité à nous attendrir, mais plutôt dans sa résistance absolument hors du commun qui défit toutes les lois scientifiques.

Malgré sa petite taille, le tardigrade est capable de résister à presque tout, et même à des conditions qui n’ont jamais existé sur Terre. Il est le seul être vivant connu à ce jour capable de résister à une dose de rayons X qui dépasse les 570.000 rads alors que la dose léthale pour un humain est de 500 rads. Il peut survivre à des pressions qu’on trouverait théoriquement à plus de 60 kilomètres de profondeur sous les océans et défier le vide intersidéral. Quatre espèces ont été envoyés dans l’espace pendant dix jours, et la plupart des individus sont rentrés bien vivants. Il résiste également à des températures extrêmes : il survit à -273°C, soit le zéro absolu, et peut être jeté dans de l’eau bouillante pour en sortir indemne. Il est enfin capable de survivre à une tentative d'empoisonnement. Mais comment tous ces exploits sont-ils possibles ? Un seul mot : cryptobiose.

Un être mystérieux 

Lorsque les "oursons d’eau" sont exposés à un stress, ils coupent totalement leur système métabolique et se déshydratent jusqu’à perdre 97% de l’eau qu’ils contiennent normalement. Ce qu’il se passe ensuite reste encore bien mystérieux, mais il semblerait que de nombreuses de protéines, baptisées TDP, soient sécrétées. Ces protéines formeraient une sorte de bouclier protecteur des cellules, leur conférant ces capacités tout simplement incroyables, et leur permettant de survivre pendant plusieurs siècles, voire millénaires. D’autres mécanismes agissant sur la réparation de leur ADN ont été identifiés, et les scientifiques entrevoient déjà les applications médicales de ces procédés miraculeux.

Grâce aux tardigrades, il serait possible par exemple de développer des traitements contre le cancer, ou rendre certains médicaments insensibles aux variations de température. Ce que ce petit être nous montre, c’est qu’il nous reste une quantité infinie de choses à découvrir sur notre planète, et c’est à nous de préserver ces trésors que nous ne connaissons pas encore. 

Europe 1
Par Tiffany Fillon