Sport sur ordonnance : "30 minutes d'activité physique sont plus efficaces que le meilleur des médicaments"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La Haute autorité de santé a publié mercredi un guide pour encourager les médecins à prescrire du sport sur ordonnance. Un outil indispensable pour la "prévention primaire", a salué jeudi sur Europe 1 Alexandre Feltz, généraliste à Strasbourg.
INTERVIEW

Un petit document afin de favoriser la prescription du sport pour les malades. C'est l'objectif d'un guide que vient de lancer la Haute autorité de santé (HAS) à destination des médecins, dans lequel elle encourage la délivrance d'ordonnances pour des séances d'activités sportives. À Strasbourg, où le dispositif est appliqué depuis octobre 2012, "les patients sont très satisfaits", selon le docteur Alexandre Feltz, adjoint au maire.

Obésité, hypertension, cancers… Dans la ville alsacienne, 350 médecins prescrivent du sport à leurs patients, atteints de maladies pour lesquelles "les études sont le plus validées sur l'efficacité [du sport], c'est-à-dire toutes les maladies métaboliques, comme l'hypertension, l'obésité, les maladies cardio-vasculaires, mais aussi les cancers, celui du sein ou du colon, stabilisé", comme l'explique le généraliste jeudi au micro d'Europe 1. "On l'a ouvert récemment aux personnes âgées fragilisées, car c'est un médicament de prévention des chutes."

Meilleur qu'un médicament ? Le guide publié par la HAS cible ces maladies, mais aussi le diabète de type 2, pathologie où le sport a une efficacité redoutable. "Dans le diabète, les spécialistes disent que 30 minutes d'activité physique sont plus efficaces que le meilleur des médicaments", assure Alexandre Feltz.

>> De 13h à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

Une pratique encore peu répandue. "À Strasbourg ou ailleurs, les patients sont très contents car ils améliorent leur santé, certains diminuent leur prise médicamenteuse, et tous retrouvent du lien social et du lien dans la ville", poursuit le praticien. Reste que la prescription de sport est encore peu répandue. "Il faut que le système soit organisé et financé pour les malades, afin que les médecins prescrivent" du sport, analyse-t-il.

Pour cette question du financement, le gouvernement apportera peut-être des indications lors de la présentation de sa "stratégie nationale sport santé", qui doit voir le jour en 2019. D'ici là, "l'avancée du guide, c'est qu'il faut parler d'activité physique en général avec son médecin, parce que c'est la prévention primaire. C'est bon pour tout le monde."

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec