Que manger et à quelle heure ? Nos conseils pour optimiser votre petit-déjeuner

  • A
  • A
Partagez sur :
Pour 90% des Français, le petit-déjeuner est incontournable. Néanmoins, il ne sert à rien de se forcer si l'on n'a pas faim dès le réveil, explique Laurence Horat, psychologue et diététicienne, au micro d'Europe 1. Voici ses conseils pour optimiser le premier repas de la journée. 

On entend souvent dire que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. D'ailleurs, 90% des Français le jugent d'ailleurs incontournable. Mais que manger pour aborder au mieux sa journée ? Si l'on n'a pas faim, faut-il toutefois se forcer ? Laurence Horat, psychologue et diététicienne auteure du livre Et si vous trouviez (enfin) votre poids idéal ? partage ses conseils au micro d'Europe 1. 

Trouver l'heure idéale 

"Un bon petit-déjeuner c’est d'abord celui qui est pris à la bonne heure." La meilleure manière de connaître cet horaire, explique Laurence Horat, c’est de se lever plusieurs jours d’affilée à la même heure, de ne rien avaler au réveil et d’attendre de voir quand la faim se fera sentir. "On ne prend pas nécessairement le petit-déjeuner au moment où l’on se lève. Cela peut-être un quart d’heure ou une demie heure après le lever. Ce n’est pas forcément très différé, cela dépend de chacun." C’est au moment où les gargouillis résonnent et qu'un état de faiblesse commence à se faire sentir qu'il est temps de consommer de l’énergie.

Un repas équilibré et nourrissant

Si l'on commence à avoir faim en milieu de matinée en s'étant levé dès 7 heures, on peut très bien sauter le petit-déjeuner avant de partir de chez soi mais on prépare alors un fruit frais, des amandes ou des fruits secs à manger une fois au travail. Ce qui compte finalement, c’est que cela reste un petit-déjeuner équilibré et nourrissant : après une nuit de sommeil et huit heures à jeun, notre organisme a besoin d’énergie.

Alors qu'est-ce-qu'un petit-déjeuner nourrissant ? Sur le plan diététique, explique Laurence Horat, les pièges à éviter sont les céréales trop sucrées et les viennoiseries trop grasses. Sinon on peut manger de tout : des tartines au beurre, au fromage, au jambon, un œuf pour ceux qui aiment le salé, des biscottes à la confiture ou à la pâte à tartiner. Le tout, c’est qu’il y ait une boisson, des sucres lents, comme du pain ou céréales. Pour les enfants, il vaut mieux prévoir un produit laitier. Dans l'idéal, on remplace le jus par un fruit frais, moins sucré et plus rassasiant.

Europe 1
Par Anne Le Gall