Pourquoi la lutte contre le sida est pointée du doigt en France

  • A
  • A
En matière de contamination, la situation reste catastrophique chez les populations migrantes et les homosexuels.
En matière de contamination, la situation reste catastrophique chez les populations migrantes et les homosexuels. © SAMUEL KUBANI / AFP
Partagez sur :
Dans un avis publié mercredi, le Conseil national du sida étrille la lutte contre le sida en France, avec une situation actuelle "inacceptable". En cause, des "retards", des "faiblesses" et "des résultats qui marquent un échec" en matière de dépistage et de prévention de cette maladie qui peine à reculer.

Qu'est-ce qui ne va pas dans la lutte contre le sida ? Selon un avis du Conseil national du sida publié mercredi, les efforts français pour tenter de faire reculer cette maladie ne sont pas suffisants. La commission indépendante pointe "des retards", "des faiblesses" et "des résultats qui marquent un échec" dans ce combat. "La situation actuelle est inacceptable alors que tous les outils permettant d'enrayer l'épidémie sont disponibles, qu'il s'agisse du dépistage du VIH ou des traitements dans leurs différents usages préventifs", critique-t-elle.

Concrètement, le Conseil national du sida (CNS) reproche aux autorités sanitaires le trop grand nombre de contaminations au VIH en France, 35 ans après la découverte de ce virus responsable du sida. Selon les chiffres de Santé Publique France, 6.200 personnes ont découvert leur séropositivité en 2018.

Trop peu de dépistages

Certes, ce chiffre est en diminution de 7% en un an. Mais la situation reste catastrophique chez les populations migrantes et les homosexuels, puisque selon les données épidémiques, ils représentent, de loin, la majorité des nouveaux cas de contamination.

Le CNS critique également le peu de dépistage réalisés, ce qui ne permet pas à la France d'atteindre son objectif de diagnostiquer 95% des personnes infectées d'ici à 2020. À titre de comparaison, le Royaume-Uni voit une baisse de 28 % des nouveaux cas de VIH.

Europe 1
Par Benjamin Lévêque, édité par Thibaud Le Meneec