"On n'en aura pas encore lundi" : les pharmacies peinent à se fournir en autotests

, modifié à
  • A
  • A
Les autotests arrivent en pharmacie. 1:35
Les autotests arrivent en pharmacie. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Les autotests de dépistage du Covid-19 sont censés être disponibles en pharmacie à partir de lundi. Mais dans les faits, de nombreux professionnels n'ont pas encore pu s'en procurer, et déplorent des informations encore trop floues.  
REPORTAGE

Ces nouveaux outils sont très attendus dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus. Après avoir reçu le feu vert de la Haute autorité de santé, les autotests de dépistage du Covid-19 vont être disponibles en pharmacie à partir de lundi, comme l'avait annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran dans le média en ligne Brut. Ces tests permettent de vérifier soi-même si on est positif à la maladie, grâce à un kit prêt à l'emploi. Mais en réalité, rares seront les pharmacies qui pourront proposer ces autotests à la vente dès lundi, car très peu ont pu se procurer des stocks.

Comme dans beaucoup d'autres boutiques, il est donc impossible de tenter d'obtenir ces fameux tests dans cette pharmacie de Villiers-sur-Marne, en région parisienne, où Europe 1 s'est rendue. Interrogée, la pharmacienne assure qu'aucun test ne sera disponible lundi : "On n'en aura pas encore". Pas de stock, et pas vraiment d'informations pratiques, comme par exemple sur le coût. Car il faut rappeler que l'État a préempté la quasi-totalité des premiers tests en vue de la rentrée des classes, et qu'il n’y a que très peu de fabricants pour l’instant homologués. 

Les professionnels déplorent l'absence de cadre légal

Mais selon les pharmaciens, le vrai problème est qu’à la veille du début de l’autorisation de vente, il n’y a toujours pas de cadre légal. "On ne sait pas si ça va être restreint à une catégorie de population, si on va avoir une recommandation sur les prix de vente, pour savoir à quel prix on pourra les vendre ou à quel prix on pourra les acheter. Pour le moment, on est dans le flou", explique à Europe 1 Bruno Maleine, président de l'ordre des pharmaciens d'Île-de-France. "Certains fournisseurs nous recommandaient d'ailleurs d'être prudents quant à la commande ou à la précommande qu'on pouvait faire", indique-t-il encore. 

Dans la pharmacie de Villiers-sur-Marne, les autotests vendus à l’unité devraient être disponibles d’ici la fin du mois d'avril.

Europe 1
Par Damien Mestre, édité par Antoine Terrel