L'arnica pour soigner les maux : "Ce n'est pas plus efficace qu'un bisou magique !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour soigner un "bobo", il n'est pas rare qu'un parent donne à son enfant de l'arnica. Mais ce médicament homéopathique ne serait pas plus efficace qu'un placebo selon une étude citée par le docteur Jimmy Mohamed, dans "Sans rendez-vous", sur Europe 1.
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

Administrer de l'arnica pour soigner la blessure de votre enfant ne serait pas mieux que lui faire un "bisou magique". C'est la conclusion qu'a rendue, à partir d'une étude, le docteur Jimmy Mohamed, mardi, dans l'émission Sans rendez-vous, présentée par Mélanie Gomez sur Europe 1. 

En quoi consistait cette étude ?

Il s'agit d'une étude "en double aveugle", c'est-à-dire que "ni le patient, ni le médecin ne savent ce que le patient prend", explique Jimmy Mohamed. "Le médecin ne sait pas si c'est un placebo ou le vrai traitement et on voit si l'un est plus efficace que l'autre", poursuit-il. Dans son exemple, les patients au cœur de l'expérience sont opérés du canal carpien, au niveau du poignet. Ils sont divisés en trois groupes : sept jours avant et deux semaines après la chirurgie, certains reçoivent de l'arnica très dilué, d'autres de l'arnica un peu moins dilué et les derniers ont un placebo, "c'est-à-dire rien", résume le docteur Jimmy Mohamed.

Quels ont été les résultats ?

Ensuite, on observe lesquels de ces patients ont moins de douleurs, moins d'ecchymoses, ainsi que moins de gonflements, et la quantité de médicaments qu'ils prennent. Conclusion dixit Jimmy Mohamed : "L'arnica n'est pas plus efficace que le placebo, quel que soit le dosage." "Donc l'arnica que nous donnons en règle générale lorsqu'un enfant se cogne ou a un traumatisme n'a pas prouvé son efficacité. En tout cas, pas à ma connaissance", termine-t-il.

Que faire si on l'utilise habituellement ?

"Le médicament n'est pas nocif, mais est-ce que vous voulez être soigné par les croyances ou par la science ?", interroge notre docteur. "La Haute autorité de santé a dit que l'efficacité de l'homéopathie est insuffisante, ce qui conduit à son déremboursement progressif. A partir du 1er janvier 2020, les médicaments homéopathiques passeront de 30 à 15% de remboursement. À partir de l'année suivante, il n'y aura plus de remboursement. Si vous voulez prendre un traitement homéopathique, on ne vous en empêchera pas, mais ce ne sera plus la collectivité qui paiera pour vous", rapporte-t-il.

Europe 1
Par Jonathan Gellier