Hémorroïdes : d'où viennent-elles et comment les soigner ?

  • A
  • A
Fesses Cul Pêche 4:25
Les hémorroïdes, très courants au sein de la population, sont bénignes dans la plupart du cas. Photo d'illustration. © Pixabay
Partagez sur :
Les hémorroïdes sont extrêmement répandues au sein de la population mais une forme de tabou les entoure encore. Au micro d'Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed se penche sur les causes et les symptômes de cette maladie et donne des clés pour soigner ces douleurs très gênantes. 

Y a-t-il une pathologie commune plus taboue que les crises hémorroïdaires ? Dans l'émission Sans Rendez-vous sur Europe 1, mercredi, le docteur Jimmy Mohamed aborde les nombreux aspects liés à cette maladie qui peut déclencher des douleurs très vives dans la région anale. Le généraliste explique que si ces crises sont la plupart du temps bénignes, elles peuvent parfois causer des complications. Il ne faut donc pas avoir peur de consulter un médecin en cas de doute.

Les hémorroïdes, c'est quoi ?

C'est un motif très fréquent de consultation en médecine de ville. Il faut d'ailleurs plutôt parler de maladies hémorroïdaires, puisque les hémorroïdes sont présentes de façon normale chez tout le monde. Ce sont des artères et des veines qui sont présentes à l'intérieur et à l'extérieur du canal anal. Il y en a dans le rectum et à l'extérieur. Lorsque il y a un trouble de la circulation, elles gonflent et font mal. Il s'agit alors d'une crise hémorroïdaire.

Qui est touché par ces crises ?

C'est très courant au sein de la population. Ça touche autant les hommes que les femmes d'un âge plutôt mûr, entre 40 et 65 ans. Il y a certains facteurs de risque qui peuvent déclencher ou favoriser la crise. Le premier, classique, c'est la constipation. Vous êtes constipé et vous avez du mal avec les selles, donc vous allez pousser. Et quand vous allez pousser, vous allez faire sortir les hémorroïdes, d'où la douleur.

A contrario, une diarrhée très importante va pouvoir déclencher des hémorroïdes. Si vous toussez de façon chronique, comme avec la bronchite de type BPCO, il va y avoir un effort répété de poussée au niveau de la marge anale et donc les hémorroïdes vont sortir. C'est la même chose avec le surpoids, l'alcool et des plats un peu épicés. Cela arrive également aux femmes au moment de la grossesse, surtout en fin de grossesse. Environ 20% d'entre elles vont souffrir, notamment après l'accouchement. C'est lié à des phénomènes hormonaux et à la constipation.

Est-ce grave ?

On estime que la crise hémorroïdaire dure entre deux et quatre jours. Elle n'est généralement pas grave, mais il ne faut pas avoir peur d'en parler au médecin et de montrer ses fesses. Les patients sont souvent gênés lorsqu'ils ont des hémorroïdes.

Pourtant, il faut ausculter les fesses, pour plusieurs raisons. D'abord, on n'est pas sûr que c'est une hémorroïde. Il peut y avoir une tumeur au niveau de la marge anale ou à l'intérieur. Ce n'est pas parce que vous pensez avoir mal aux fesses que c'est forcément une hémorroïde. Parfois, il peut y avoir des complications, même si ça passe tout seul dans l'immense majorité des cas. Vous pouvez avoir ce qu'on appelle une thrombose, c'est-à-dire que le sang ne circule plus du tout. Ça fait un gros caillou. La seule façon de s'en débarrasser consiste à faire une petite excision et à vider les hémorroïdes.

Y a-t-il des traitements ?

Quand ce n'est pas grave, il y a des traitements locaux anti-inflammatoires, comme des pommades. Surtout, on traite la constipation lorsque c'est le cas. Souvent, on donne au patient plutôt des laxatifs. Dans certains cas, on est obligé de diriger le patient vers le proctologue qui peut faire un geste sur ces hémorroïdes.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed