De plus en plus concentré en THC, le cannabis est de plus en plus dangereux pour les jeunes

, modifié à
  • A
  • A
Le taux de THC du cannabis a beaucoup augmenté ces dernières années.
Le taux de THC du cannabis a beaucoup augmenté ces dernières années. © AFP
Partagez sur :
Le cannabis contient une quantité de plus en plus importante de THC, qui représente un risque important d'AVC, de schizophrénie ou encore de baisse de la fertilité, notamment chez les adolescents. Mardi matin sur Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed recommande une prévention plus soutenue encore auprès des jeunes. 

Le cannabis vendu en France aujourd’hui n'est plus même qu'il y a quelques années. Son taux de THC a bondi au fil des dernières décennies. Ses effets secondaires sont d'autant plus importants, surtout chez les adolescents. AVC, schizophrénie, baisse de la fertilité... Les risques ne sont pas à prendre à la légère, rappelle le docteur Jimmy Mohamed mardi matin sur Europe 1. Il recommande de mener auprès des jeunes une prévention pédagogique mais pas culpabilisatrice. 

"Le cannabis existe depuis très longtemps. Si on fait un peu d'histoire, il a même fait des ravages dans l'armée de Napoléon en 1800 en Egypte, car les soldats qui ont découvert le haschisch avaient perdu leur motivation et ne voulaient plus se battre. Le général Bonaparte avait alors fait passer une interdiction du cannabis, sorte de première loi antidrogue.

Le cannabis est composé de THC, responsable de ses effets psychogènes, qui se fixe sur les récepteurs dans le cerveau et active un circuit normalement éteint, celui de la récompense. On peut a priori penser qu'il s'agit une bonne chose. C'est vrai que lorsqu'on fume un joint, on a un effet d'euphorie, on rit. Le problème est que plus vous fumez, plus vous allez vous habituer au THC et moins les récepteurs dans le cerveau vont être sensibles. Vous aurez donc besoin d'une plus grande quantité de joints pour avoir exactement le même effet. C'est ce qu'on appelle la tolérance.

Le taux de THC du cannabis a fortement augmenté

Ce qui inquiète les autorités sanitaires aujourd'hui, c'est que le taux de THC du cannabis a grimpé ces dernières années. On est passé d'un THC aux alentours de 6% dans les années 2000 à 30% en 2019, jusqu'à la création de molécules de synthèse récemment avec une forme de cannabis puissance 100.

Dans le cerveau, il y a des neurones qui communiquent par des signaux électriques et chimiques. Le problème du THC est qu'il ralentit la connexion entre les neurones. Le premier effet que l'on perçoit est une perte de motivation, en particulier chez les adolescents, dont tous les circuits sont en pleine construction.

Risque d'AVC

Mais les effets du THC sont bien plus graves que cette première perte de motivation. Lorsque vous fumez du cannabis, certains vaisseaux sanguins se dilatent, on appelle ça la vasodilatation. Elle se remarque par les pupilles dilatées et l'hyperémie conjonctivale, c'est-à-dire les yeux rouges. Le phénomène inverse peut aussi survenir et il est encore plus inquiétant. Plus il y a de THC dans le cannabis, plus le risque vasoconstriction est important. Et cela peut provoquer un accident vasculaire cérébral. Les adolescents sont par ailleurs à risque de développer une schizophrénie.

L'idée n'est pas de culpabiliser les fumeurs mais plutôt d'informer les gens et en particulier les plus jeunes afin d'instaurer un dialogue pour leur exposer les effets secondaires du cannabis. L'un d'entre eux est souvent méconnu des adolescents : l'effet du cannabis sur la fertilité. En étant pédagogique, il est possible de faire passer ce message en toute simplicité auprès des plus jeunes."

Europe 1
Par Jimmy Mohamed