"Dangereux", "efficace", "placebo", "peu coûteux" : l'homéopathie divise plus que jamais les médecins

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour Daniel Scimeca, médecin généraliste et président de la Fédération française des sociétés d’homéopathie, invité d'Europe 1, le gouvernement se trompe en optant pour le déremboursement. Ce qui n'est pas l'avis de tout le monde.
LE DÉBAT

L'homéopathie ne sera plus remboursée par la sécurité sociale d'ici à un an et demi, a tranché mardi le gouvernement, se rangeant ainsi à l'avis de la Haute autorité de santé (HAS) qui avait conclu à l'absence d'efficacité avérée de ces produits pharmaceutiques. "Chaque euro" dépensé par la Sécu doit l'être "à bon escient", a défendu la ministre de la Santé Agnès Buzyn mercredi.

Pour rappel, l'homéopathie regroupe un ensemble de traitements contenant des doses infinitésimales de remèdes capables, à doses plus élevées, de produire des symptômes semblables à ceux de la maladie à combattre. En clair, cela part du principe que le corps est poussé à se soigner lui-même contre un mal, si ce même mal lui est administré à faible dose de l'extérieur. Et pour Daniel Scimeca, médecin généraliste et président de la Fédération française des sociétés d’homéopathie, invité d'Europe 1, le gouvernement se trompe en optant pour le déremboursement.

"Un jeu de massacre intolérable"

"C'est une véritable catastrophe. C'est un message envoyé pour dénigrer l'homéopathie, un jeu de massacre intolérable", déplore le médecin. Qui enchaîne : "Les plus défavorisés ne pourront plus avoir accès à l'homéopathie. Aujourd'hui, il est à 2,35 euros le tube. Mais vous pensez bien qu'après le déremboursement, par l'effet de la TVA, de la hausse des prix par les laboratoires qui auront besoin de survivre, et de la liberté du praticien en pharmacie, on sera à 5 ou 8 euros et il y aura une limitation totale de l'accès au soin".

Selon Daniel Scimeca, l'homéopathie peut même sauver des vies. "Les mésusages médicamenteux, c'est 10.000 morts par an. L'homéopathie est peu coûteuse et elle est efficace pour limiter le mésusage des médicaments", assure-t-il.

"Laisser croire que la magie existe, c'est dangereux"

Un argument que conteste radicalement Céline, médecin généraliste, qui a appelé au standard d'Europe 1 pour répondre au Dr Scimeca. "Il est dangereux de laisser croire que l'on peut se soigner par des produits qui, par miracle, vous feraient aller mieux sans effet secondaire. C'est faux. Beaucoup de médecins savent que l'homéopathie est un placebo. Laisser croire que la magie existe, c'est dangereux. Après, on ne sait plus comment soigner les patients. Ils ont peur (des médicaments traditionnels ndlr). Ce n'est pas éthique de laisser diffuser un placebo de manière généralisée", argumente Céline.

Un argument que balaye Daniel Scimeca. "Ce n'est pas possible de dire que l'homéopathie est un placebo", rétorque-t-il, assurant "qu'aucun expert ne siège au sein" de la Haute autorité de santé (HAS), qui ne tient pas compte des "profils des patients" pour rendre ses avis, ce qui est indispensable pour évaluer l'homéopathie selon lui. Conclusion : si le déremboursement semble bel et bien acté par le gouvernement, le débat, lui, est encore loin d'être clos.