Coronavirus : fermeture totale des bars et restaurants à Marseille et en Guadeloupe

, modifié à
  • A
  • A
Les bars et restaurants vont devoir fermer à Marseille.
Les bars et restaurants vont devoir fermer à Marseille. © GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :
Olivier Véran a annoncé mercredi soir le passage de plusieurs grandes villes en zone "d'alerte renforcée", dont Paris, avec des restrictions supplémentaires. La Guadeloupe et Marseille sont eux placés en "alerte maximale", avec une fermeture totale des bars et restaurants à partir de samedi.
L'ESSENTIEL

Le gouvernement serre la vis. Le ministre de la Santé Olivier Véran a dévoilé mercredi soir d'importantes restrictions supplémentaires, dont la fermeture totale des bars et restaurants à compter de samedi à Marseille et en Guadeloupe, placés en "alerte maximale". D'autres grandes villes, comme Paris, Lille et Toulouse, sont désormais en "alerte renforcée", avec là aussi des mesures sanitaires comme l'abaissement de la jauge des rassemblements à 1.000 personnes.

Olivier Véran a par ailleurs lancé un appel solennel au respect des gestes barrières et à limiter sa vie sociale, alors que la pandémie de coronavirus continue de progresser. Le dernier bilan fait état de 13.000 nouveaux cas en 24h, avec un taux de positivité qui continue de progresser.

Les infos à retenir : 

  • Huit grandes villes, dont Paris, Lille et Toulouse, sont placées en "alerte renforcée" avec des restrictions supplémentaires 
  • La Guadeloupe et Marseille sont en "alerte maximal", avec une fermeture totale des bars et restaurants à partir de samedi
  • Le virus continue de circuler, avec plus de 13.000 nouveaux cas en 24h
  • Olivier Véran a lancé un appel solennel aux Français, les invitant à limiter leur vie sociale 

Paris, Lille, Toulouse et d'autres grandes villes en "alerte renforcée", avec fermeture des bars anticipée 

Olivier Véran a annoncé mercredi le passage de huit grandes villes en "alerte renforcée", dont Paris. Sont désormais concernées pour des restrictions supplémentaires : Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, et Paris et sa petite couronne. Lyon, Nice et Bordeaux, qui s'y trouvaient déjà, restent également sous ce régime. Au total, onze villes sont donc en "alerte renforcée". 

Plusieurs mesures supplémentaires vont entrer en vigueur à partir de samedi : abaissement de la jauge des rassemblements à 1.000 personnes, interdiction des rassemblements comme les fêtes locales et étudiantes, ou encore interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public (parcs et plages). Les bars devront fermer de manière anticipée à partir de lundi au maximum à 22h. Les préfets décideront dans les prochains jours de l'horaire exact de cette fermeture anticipée, en fonction du contexte local. Par ailleurs, les salles des fêtes et polyvalentes seront fermées dans ces villes pour les activités festives et associatives à partir de lundi. 

Marseille et la Guadeloupe en "alerte maximale", fermeture totale des bars et restaurants à partir de samedi

Le ministre de la Santé a également annoncé le passage de la Guadeloupe et de la région d'Aix-Marseille en "alerte maximale". Dans ces deux régions, les bars et restaurants devront fermer en totalité à partir de samedi. L'ensemble des établissements recevant du public n'ayant pas un protocole sanitaire strict devront également fermer leurs portes. Si la situation continue de se dégrader, le gouvernement déclenchera l'état d'urgence sanitaire, avec à la clé de nouvelles restrictions. Ces mesures, comme pour l'ensemble de ces zones, sont prises pour une durée de 15 jours et "seront réévaluées en fonction de l'évolution de la situation épidémique". 

Dans la foulée de ces annonces, le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier a dénoncé une "punition collective" et une décision "unilatérale", parlant d'un "quasi-reconfinement". "Cette punition collective est extrêmement dure pour l'économie de nos territoires", écrit dans un communiqué le président de région. 

"La situation continue de se dégrader", plus de 13.000 nouveaux cas en 24h  

En France, la circulation du virus se poursuit. "La situation continue globalement de se dégrader, en particulier le niveau de tension hospitalière", a déclaré Olivier Véran. Le dernier bilan, publié mercredi soir, fait état de 13.072 nouveaux cas en 24h, un chiffre en augmentation par rapport à mardi. Le taux de positivité des tests est également en légère augmentation, à 6,2%. Au total, 31.459 personnes sont mortes du coronavirus, dont 43 en 24h. 

950 patients sont désormais en réanimation pour une infection au coronavirus, avec une centaine d'admissions quotidiennes ces derniers jours, selon Olivier Véran. Plus de 6.000 personnes sont hospitalisées, avec environ 600 admissions quotidiennes ces derniers jours. Sur les sept derniers jours, 4.244 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées, dont 675 en réanimation. 

Un appel à la vigilance et à limiter sa vie sociale 

Le ministre de la Santé a lancé un appel solennel à la population, appelant à "ne pas multiplier les dîners" et à respecter strictement les gestes barrières et la distanciation sociale. "Si chacun voit un peu moins de personnes et fait attention à la distanciation sociale et les gestes barrières, nous pourrions faire reculer le virus. Certains pays parlent de ‘bulle sociale’, c’est ce que je vous dis ce soir", a mis en garde Olivier Véran. "Nous devons limiter les rassemblements privés. Tous les contacts sans masques doivent être évités dans les lieux clos. Ce n'est pas parce que nous sommes avec une dizaine d'amis qu'il y a moins de risques". 

Le groupe japonais Fujifilm annonce des résultats cliniques positifs

Le groupe nippon Fujifilm a annoncé mercredi que son médicament Avigan, déjà autorisé pour des formes de grippe sévère, avait permis une réduction "statistiquement significative" du temps de guérison de patients atteints du nouveau coronavirus. Sur 156 patients inclus dans un essai clinique de phase III mené au Japon, la durée médiane de convalescence a été de 11,9 jours pour ceux traités avec Avigan et de 14,7 jours pour ceux du groupe placebo, a détaillé le groupe dans un communiqué. Le groupe va désormais mener une "analyse détaillée des données" recueillies avec cet essai, et prévoit de déposer "dès octobre" une demande d'autorisation commerciale au Japon dans l'indication du nouveau coronavirus.

Cinq millions de cas en Europe

La pandémie de coronavirus a contaminé plus de 5 millions de personnes en Europe, selon un bilan réalisé par l'AFP à partir de sources officielles mercredi matin. Au total, 5.000.421 cas ont été recensés en Europe, dont plus de la moitié en Russie (1.122.241 infections), en Espagne (682.267), en France (502.541) et au Royaume-Uni (403.551). Plus de 380.000 nouveaux cas ont été déclarés ces sept derniers jours, soit le plus grand nombre d'infections recensées en une semaine dans la région depuis le début de la pandémie.

La pandémie a fait plus de 971.000 morts dans le monde depuis l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP. Plus de 31,6 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. Après les Etats-Unis, pays le plus endeuillé avec 200.818 morts, viennent le Brésil avec 138.108 morts, l'Inde (90.020), le Mexique (74.348) et le Royaume-Uni (41.825).