Coronavirus : l'armée s'installe à Mulhouse, "comme un service supplémentaire qui se greffe à l’hôpital"

, modifié à
  • A
  • A
coronavirus Mulhouse 1:24
Des avions militaires suréquipés vont embarquer des malades en réanimation, six par six, et les répartir dans le Sud-Est de la France. © AFP
Partagez sur :
Pour aider les soignants de la région Grand-Est face à l'épidémie de Covid-19, l'armée arrive dans la région. Deux opérations sont mises en place : un hôpital de campagne sur le parking de l'hôpital de Mulhouse et la mise en place, dès ce mercredi, d'avions militaires équipés pour l'évacuation de patients en réanimation. 
REPORTAGE

Dix morts de plus en 24 heures. La région Grand-Est fait difficilement face à l’afflux des patients atteint par l'épidémie de coronavirus dans les services d’urgence. Le président Emmanuel Macron a plusieurs fois répété, lundi soir lors de son allocution, que le pays était en guerre. Et il a joint les actes à la parole puisque l’armée arrive massivement en soutien dans le Haut-Rhin. Grâce à deux opérations conjointes, un hôpital de campagne et des avions médicalisés pour des évacuations, ils viennent apporter leur aide aux soignants sur le front.

Trente lits en plus 

Pour la première opération, le matériel va faire la route au départ de la base militaire de Vitry-le-François dans la Marne. Les camions seront chargés de tentes, de respirateurs, de masques puisés dans la réserve stratégique de l’armée. Ils prendront la direction de Mulhouse, à proximité immédiate de l’hôpital.

En quelques heures, les soldats vont monter, probablement sur le parking, entre 15 et 20 tentes climatisées et y installer trente lits de réanimation. Plusieurs dizaines de militaires seront mobilisés dans cet hôpital de campagne : réanimateurs, infirmiers, aide-soignants.

Des avions militaires pour les évacuations

"On est comme un service supplémentaire qui vient se greffer à l’hôpital, au plus proche", explique le commandant Antoine, des services de santé de l'armée, habitué à installer ces dispositifs dans le désert. "Ce qui est envisagé, c’est que nous prenions des patients déjà hospitalisés qui sont dans une phase d’amélioration mais qui nécessitent toujours de la réanimation pour recréer de la place pour des patients qui en auraient besoin."

Dans le même temps, trente kilomètres plus au Sud, deuxième opération de l’armée à l’aéroport de Bâle-Mulhouse-Fribourg. Des avions militaires suréquipés vont embarquer des malades en réanimation, six par six, et les répartir dans le Sud-Est de la France, moins touché par l’épidémie. Le premier vol aura lieu dans la journée à destination de Toulon. 

Europe 1
Par Arthur Helmbacher, édité par Mathilde Durand