Attention, les Français ne dorment pas assez !

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Une étude publiée mardi matin par Santé publique France, sur plus de 25.000 personnes de 18 à 75 ans, montre que notre temps de sommeil n'a jamais été aussi faible.

Au même titre qu'une bonne alimentation, avoir un bon sommeil est primordial pour rester en bonne santé psychologique et physique. Certes, nous n'avons pas tous les mêmes besoins, mais comment dorment les Français? Une étude publiée ce mardi matin par Santé publique France sur plus de 25.000 personnes de 18 à 75 ans, montre que notre temps de sommeil n'a jamais été aussi faible.

De plus en plus de "petits" dormeurs. Pour la première fois, nous dormons moins de sept heures par nuit ! En semaine, le temps de sommeil nocturne est aujourd'hui de 6h42 et 7h26 le week-end et les jours de repos. Ensuite ce qu'on voit aussi, c'est qu'il y a de plus en plus de "petits" dormeurs, ceux qui dorment moins de 6h par nuit : c'est le cas de 36% des adultes. Et pour ceux-là attention : c'est prouvé ils sont plus à risque d'infarctus par exemple ou de développer des maladies comme le diabète ou l'obésité.

"Je me réveille toutes les deux heures, environ…". Par contre, bonne nouvelle, il y aurait moins d'insomniaques : 13% des Français en souffriraient de façon chronique, mais les femmes seraient deux fois plus concernées comme Katia, prof de biologie : "je me réveille toutes les deux heures, environ… je me rendors, je me réveille. Et puis quand ‘heure du réveil approche, j’essaie de ne pas me rendormir ! Je pense avoir le stress de rater mon réveil. Car j’ai beaucoup moins de problème en vacances…"

Pour récupérer, malheureusement Katia ne fait pas de sieste et elle a tort ! Car c'est le moyen le plus efficace : 27% des Français déclarent en faire au moins une par semaine, de 50 minutes en moyenne. Une bonne attitude à développer, car la sieste a  des bienfaits biologiques avérés. Elle réduit par exemple l'inflammation dans l'organisme, qui causerait certaines maladies comme le diabète.