Valérie Pécresse est "très inquiète pour l’hôtellerie-restauration en Île-de-France"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Valérie Pécresse, la présidente LR de la région Île-de-France, a alerté sur les conséquences des nouvelles mesures sanitaires sur le secteur des bars et des restaurants. "Près d’un tiers des bars et restaurants peuvent faire faillite en Île-de-France", a-t-elle prévenu.
INTERVIEW

Valérie Pécresse se dit "très inquiète pour toute l’économie de l’hôtellerie-restauration en Île-de-France". La présidente LR de la Région a réagi sur Europe 1 à l’entrée en vigueur, lundi soir, de la fermeture des bars à 22h à Paris et dans la petite couronne, décidée la semaine dernière par le gouvernement. "J’ai déploré cette décision prise sans qu’à aucun moment la Région ne soit associée ni consultée", a-t-elle regretté lundi soir. "Près d’un tiers des bars et restaurants peuvent faire faillite en Île-de-France. Derrière la crise sanitaire il y a des drames humains", a ajouté l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy.

Elle demande des mesures pour les bars 

Valérie Pécresse a également appelé le gouvernement à adopter plusieurs mesures pour compenser la fermeture précoce des bars, décidée pour onze métropoles dont Paris. "J'ai demandé une clause de revoyure dans une semaine et qu'on abaisse le seuil pour avoir droit au fonds de solidarité. Aujourd'hui, les bars doivent prouver qu’ils ont perdu 80% de chiffre d’affaires, ce qui est trop", a jugé la présidente de la Région Île-de-France.

"La troisième mesure c’est sur les intermittents. Il n’y a rien de prévu pour les centaines de milliers d’intermittents, les serveurs notamment. Je demande pour eux qu’on neutralise la période de confinement et cette période-là de leurs droits au chômage, sinon ils vont arriver en fin de droit."

"L'Île-de-France subit une double peine" 

Valérie Pécresse a également pointé du doigt les conséquences économiques de la crise du coronavirus sur sa région. "L’Île-de-France subit une double peine, il y a eu à la fois le confinement puis aujourd’hui ces mesures. Il faut aussi réaliser que l’été a été catastrophique, c’est la région qui a eu une saison touristique désastreuse. Les Français ont été confinés pendant trois mois donc ils sont partis s’aérer pendant les vacances et les touristes ne sont pas venus", a-t-elle déploré. 

"Le problème c’est qu’on est passé d’une rentrée insouciante à des mesures très coercitives, pratiquement sans transition. Les Français l’ont vécu très violemment. On doit désormais vivre avec le virus, c’est-à-dire concilier l’activité économique avec la crise sanitaire. C’est le grand défi à venir, il faut faire en sorte qu’il n’y ait pas des drames humains liés à la crise économique et sociale."