Pécresse critiquée après son meeting : «Je me suis intéressé au fond de son discours», assure Darmanin

Gérald Darmanin 2:44
  • Copié
Solène Delinger , modifié à
Gérald Darmanin était l'invité d'Europe 1 ce mercredi matin. Au micro de Sonia Mabrouk, le ministre de l'Intérieur a réagi aux nombreuses critiques reçues par Valérie Pécresse après son meeting au Zénith de Paris. La candidate LR a été raillée par l'extrême droite pour son supposé manque de qualités oratoires. Gérald Darmanin affirme s'être concentré sur le fond de son discours, plutôt que sur la forme.

Après un meeting critiqué tant sur la forme que sur le fond, Valérie Pécresse a assuré qu'elle était la cible de remarques machistes. Invité au micro de Sonia Mabrouk ce mercredi matin sur Europe 1, Gérald Darmanin a estimé que "les hommes et les femmes politiques" étaient critiqués "quel que soit leur sexe". 

"Je la prends au sérieux"

"Madame Pécresse est une femme de qualité. Je la prends au sérieux pour ce qu'elle est, c'est-à-dire la candidate d'une famille politique qui normalement est dans le giron républicain", a affirmé le ministre de l'Intérieur. Gérald Darmanin assure s'être concentré uniquement sur le fond du discours livré par Valérie Pécresse au Zénith de Paris dimanche. "Le débat sur la forme cache le fond", déplore-t-il. "La politique, c'est quand même des idées". Et les idées défendues par Valérie Pécresse lors de son meeting ont "attristé" le ministre. 

Darmanin "choqué" par l'extrême-droitisation de LR

"On m'a imprimé le discours de Valérie Pécresse. J'ai été extrêmement choqué de lire sous la plume de la candidate LR des propos comme le 'grand remplacement' ou 'les Français de papiers'. Tout le monde sait que ce sont des théories d'extrême droite défendues par Camus il y a trente ou quarante ans."

Valérie Pécresse a depuis affirmé qu'elle se plaçait en rempart face à la théorie du grand remplacement. "Elle est revenue sur ses propos, tant mieux", estime Gérald Darmanin, qui regrette néanmoins que le parti LR ait délaissé sa ligne gaulliste pour suivre la ligne Wauquiez-Ciotti.