Paris, ville la plus sale d'Europe : "Il faut un sursaut de civisme", clame Anne Hidalgo

, modifié à
  • A
  • A
3:02
© Europe 1
Partagez sur :
Invitée de la matinale d'Europe 1, Anne Hidalgo revient sur son bilan en matière de propreté. À un moins d'un mois du premier tour des élections municipales, l'actuelle maire de Paris et candidate à sa succession estime qu'il faut "un sursaut de civisme", et loue le travail des agents municipaux, "qui nettoient la ville après chaque manifestation".
INTERVIEW

La propreté est l'une des thématiques qui préoccupent le plus les Français pour les municipales. Et alors que la capitale française a reçu le titre peu glorieux de "ville la plus sale d'Europe" dans le journal anglais The Guardian, Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris et candidate à sa succession, est revenue sur son bilan. Mardi au micro d'Europe 1, elle affirme que "Paris est une ville nettoyée", avec 550 millions d'euros investis dans la propreté chaque année. "Mais il faut en mettre plus", reconnaît Anne Hidalgo. Ainsi, l'actuelle maire de Paris annonce qu'un milliard d'euros par an sera investi lors de la prochaine mandature, si elle est élue. 

Un milliard d'euros investi par an

Sur le fond, Anne Hidalgo loue le travail des agents de la propreté "qui sont parfois décriés, mais ce sont les mêmes qui, toutes les semaines, réparent et nettoient la ville après le désastre, le désordre et le chaos générés par les milliers de manifestations".

L'actuelle maire de Paris considère également que la somme allouée à la propreté pourrait être consacrée à autre chose. "Ça nous ferait du bien", explique-t-elle. "Je pense qu’il faut qu’il y ait un sursaut de civisme et aussi du contrôle. C’est aussi ce que nous mettons en place avec la police municipale", affirme Anne Hidalgo. La candidate de Paris, soutenue par le PS, Génération.s et le PCF, souligne également l'importance de la lutte contre la pollution de l'air, "celle qui tue et qu'on ne voit pas". Anne Hidalgo annonce donc qu'elle va poursuivre le travail engagé sur la qualité de l'air depuis 2014, et se félicite de la baisse de la pollution due à la diminution du trafic automobile.

Europe 1
Par Ariel Guez