Municipales à Paris : La République en marche veut exclure Villani s'il dépose sa liste

, modifié à
  • A
  • A
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Partagez sur :
À un mois et demi des municipales, le ton monte à LREM concernant Paris. Alors que la République en marche est toujours divisée entre le candidat officiel Benjamin Griveaux et le candidat dissident Cédric Villani, la direction du mouvement LREM s’impatiente.

Le ton monte dans la municipale à Paris. Alors que la République en marche est toujours divisée entre le candidat officiel Benjamin Griveaux et le candidat dissident Cédric Villani, la direction du mouvement LREM s’impatiente. Depuis des mois, les deux candidats marcheurs rivaux se font face mais la ligne rouge semble être proche.

"A la minute où Villani dépose sa liste, il se place contre le Président", martèle un cadre LREM rencontré par Europe 1. "Ce sera à lui de choisir", rajoute simplement Stanislas Guerini, patron du parti majoritaire. En coulisses, la direction du parti va même plus loin. Si Villani dépose sa liste sans se mettre en retrait de LREM, il sera exclu. "S’il ne le fait pas, je le ferai pour lui", jure un membre de la direction.

"Si on part à deux, on perd"

Depuis le début, certains appellent à exclure Cédric Villani pour avoir lancé une campagne malgré le choix de la commission d’investiture de LREM. Benjamin Griveaux, espérant jouer le rassemblement, a toujours refusé cette option. Sauf que le dernier sondage en date semble prouver que cette division mènera à l’échec.

Benjamin Griveaux est passé de 21% à 15% des intentions de vote en six mois, juste devant Cédric Villani (13%) mais loin derrière Anne Hidalgo (25%) et Rachida Dati (19%). "Ça montre que si on part à deux on perd", se désespère un proche de Benjamin Griveaux.

>> Invité lundi soir dans "Grand journal du soir" d'Europe 1 Cédric Villani avait estimé que les résultats des sondages était de la "responsabilité" de Benjamin Griveaux : "S'il est passé à 15% en 6 mois, ce n'est pas lié une question de division", avait-il affirmé. Retrouvez l'intégralité de son interview : 

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot