Municipales : à Bastia, les nationalistes veulent se relancer malgré les divisions

  • A
  • A
À Bastia, 8 listes s'affrontent pour les municipales
À Bastia, 8 listes s'affrontent pour les municipales © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Partagez sur :
Sortis grands vainqueurs des élections territoriales de 2017, les nationalistes corses ont, depuis, un bilan mitigé. Pour eux, les élections municipales doivent permettre de reprendre de l'élan avant la prochaine échéance en 2021. À Bastia, leur représentant, le maire sortant Pierre Savelli, est face à sept candidats... dont deux autres "natio".

En 2014, l'élection municipale de Bastia avait sonné comme une victoire éclatante pour les nationalistes corses. Six ans plus tard, éprouvés par l'exercice du pouvoir municipal et territorial, ils partent en ordre dispersés. S'ils misent sur cette élection pour se relancer, elle peut aussi les placer en plus mauvaise posture encore avant les prochaines élections territoriales, en 2021. Pour Pierre Savelli, maire sortant qui présente la liste "Bastia Piu forte inseme", l'enjeu est donc de taille.

Trois nationalistes... 

Le nationaliste, qui avait succédé à Gilles Simeoni en 2015, lorsque ce dernier était allé prendre son fauteuil de président du Conseil exécutif de Corse après des élections territoriales gagnées, sera face à sept candidats. Dont, et c'est là la parfaite illustration des divergences stratégiques qui agitent son camp, deux autres "natio" : Eric Simoni et sa liste "Pè Bastia, pè a Corsica" et Paul-Félix Benedetti avec "Bastia in Core". Tous deux espèrent récupérer des électeurs nationalistes déçus par le peu d'avancées obtenues par Gilles Simeoni à la tête du Conseil exécutif.

...et autant de candidats de gauche

La gauche n'est pas vraiment plus unie, avec trois listes également. Julien Morganti veut proposer "Un Futur pour Bastia" et Jean-Sébastien de Casalta présente sa liste "Spartimu l'avvène". Quant à Jean Zuccarelli, à la tête de la liste "A Scelta di Bastia, le choix de Bastia", il a la lourde tâche de ramener sa famille à l'Hôtel de la ville, dont elle a été délogée en 2014 après près de 50 ans de règne. 

À droite, Jean-Martin Mondoloni et sa liste "Bastia altrimente" ont été investis par Les Républicains. Et Filippo De Carlo, un ancien gilet jaune, présente une liste "Forza nova" sans étiquette mais dans laquelle on retrouve des militants d'extrême droite.

Des enjeux locaux et territoriaux

À Bastia, comme dans les autres villes de Corse, les enjeux territoriaux ont tendance à prendre le pas sur les questions strictement locales, chacun essayant de préparer au mieux les élections territoriales de 2021 en renforçant son maillage. L'île de Beauté est notamment secouée par une crise de gestion des déchets qui, sans surprise, s'invite dans la campagne municipale de la préfecture de Haute-Corse. Mais les débats se polarisent aussi sur le thème du déclassement, alors que beaucoup pointent le manque de développement économique de Bastia. Enfin, la construction du port de la Carbonite, au sud de la commune, est aussi sujet à controverse.

Europe 1
Par Margaux Baralon