LREM fête ses cinq ans en ligne, en toute discrétion... et sans Emmanuel Macron

, modifié à
  • A
  • A
LREM zoom 1:25
Le chef de l'Etat ne faisait pas partie des gens présents sur le mur d'images derrière Mounir Mahjoubi et Maud Bregeon mardi soir. © Capture d'écran Twitter
Partagez sur :
Mardi soir, le mouvement politique créé par Emmanuel Macron, La République en marche (LREM), fêtait ses cinq ans d'existence. La réunion, organisée à distance, a été marquée par les discours d'Édouard Philippe, Christophe Castaner ou encore Jean Castex. Mais le chef de l'État, lui, ne s'est pas exprimé devant les 400.000 adhérents revendiqués par le parti, signe que la formation n'est pas au mieux. 

"Bonsoir à tous. Bienvenus dans ce meeting numérique exceptionnel", clame Maud Bregeon, la porte-parole LREM, devant un mur d'images, au côté de Mounir Mahjoubi. Mardi soir, La République En Marche fêtait ses 5 ans. Le parti revendique plus de 400.000 adhérents et compte 268 députés mais il semble toujours peiner à trouver sa place. Alors il faut afficher l’image d’un mouvement uni ensemble. Mais mardi soir, une absence était particulièrement marquante : celle d’Emmanuel Macron.

Le mouvement a toujours du mal à trouver sa place

Cinq ans donc, et toujours une place aussi compliquée dans le paysage politique français. Mardi soir, lors de cette réunion Zoom, l’avenir du mouvement politique créé par Emmanuel Macron est au cœur des discussions. Et pour l’ancien patron, Christophe Castaner, LREM ne représente pas la majorité à lui tout seul. "LREM doit être un des éléments d’une majorité présidentielle qui tend la main et qui rassemble", déclare-t-il.

Et cette main tendue file tout droit vers Édouard Philippe. L'ancien Premier ministre a toujours gardé ses distances avec le mouvement, mais il avait quand même préparé une petite vidéo pour l’occasion. "J’avais évoqué l’engagement partisan… Ça pouvait sembler bizarre que j’évoque ce sujet car je n’étais pas à l’époque membre d’En Marche", raconte l’ancien Premier ministre. Avant d’ajouter, sourire aux lèvres : : "je ne le suis toujours pas d’ailleurs !"

Une fête sans le patron

Son successeur à Matignon a lui aussi envoyé une vidéo pour ajouter sa pierre à l’édifice de ce grand rassemblement. "Dépassement… Quel beau mot promu par Emmanuel Macron !", s’exclame Jean Castex.

Mais une absence s’est fait ressentir mardi soir. Celle, justement, du président de la République. Emmanuel Macron n’a pas souhaité fêter le mouvement qui, au départ, portait ses initiales. Certains y trouveront la confirmation que sa prochaine campagne se prépare… sans LREM.

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Manon Bernard