Loi contre les séparatismes : "Il y a déjà ce qu’il faut pour lutter contre l’obscurantisme", estime Quatennens

, modifié à
  • A
  • A
Adrien Quatennens était mardi l'invité d'Europe Matin. 1:13
Adrien Quatennens était mardi l'invité d'Europe Matin. © Europe 1
Partagez sur :
Invité mardi d'Europe Matin, le député de La France insoumise Adrien Quatennens a jugé inutile le projet de loi contre les séparatismes, l'un des grands dossiers législatifs du gouvernement pour cette rentrée, estimant notamment qu'il y avait un risque de stigmatisation des musulmans.
INTERVIEW

76% des Français se déclarent favorables au projet de loi contre les séparatismes, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour France Info et Le Figaro publié jeudi. Mais pour le député de La France insoumise, Adrien Quatennens, les dispositifs prévus viennent inutilement se superposer à un arsenal déjà existant. "S’il faut lutter contre l’obscurantisme et les fanatismes, il y a déjà ce qu’il faut dans la loi pour lutter contre", a-t-il pointé mardi sur Europe 1.

"Qu’il y ait çà et là des replis communautaires qui s’expliquent, c’est évident. Mais on peut lutter contre avec les dispositifs législatifs déjà existants", insiste Adrien Quatennens. "On n’est pas obligé de faire de tous les musulmans de ce pays des suspects potentiels", s’agace-t-il.

La prévention avant la répression

La semaine dernière, Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, et Marlène Schiappa, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, ont dévoilé dans les colonnes du Journal du Dimanche et du Parisien quelques-unes des mesures qui devraient figurer dans ce texte, comme la mise en place pour les associations d’une charte sur la laïcité, ou encore la pénalisation des "certificats de virginité" accordés par certains médecins en vue d’"un mariage religieux".

"On ne parle pas assez de la prévention", selon Adrien Qautennens. "C’est là où la République recule que d’autres peuvent avancer, quand dans les quartiers le tissu associatif est dilapidé, quand les services publics reculent, voire disparaissent…", estime ce proche de Jean-Luc Mélenchon.