Le Rassemblement national va réclamer l'argent prêté à ses candidats

  • A
  • A
Le RN connaît d'importantes difficultés financières.
Le RN connaît d'importantes difficultés financières. © YANN COATSALIOU / AFP
Partagez sur :
En difficulté financière, le parti de Marine Le Pen va notamment demander à Florian Philippot le remboursement de sa campagne des régionales en 2015. 

Le Rassemblement national (ex-FN), en difficulté financière, va réclamer à ses anciens candidats, parmi lesquels pourrait figurer l'ex-numéro deux Florian Philippot, l'argent qu'il leur a prêté ces dernières années, a indiqué vendredi Jean-Lin Lacapelle, délégué aux Ressources du parti.

"Quand ils nous trahissent, notre indulgence s'arrête". "Nous ne sommes pas une oeuvre caritative ni une banque, mais nous soutenons les candidats qui portent nos couleurs. Nous demandons le remboursement des prêts. Et quand ils nous trahissent, notre indulgence s'arrête", a expliqué Jean-Lin Lacapelle, confirmant une information de L'Opinion.

Il a précisé qu'il allait réclamer à Florian Philippot le remboursement de sa campagne des régionales en 2015 dans la région Grand Est. Le RN veut aussi réclamer l'argent prêté à l'eurodéputée Sophie Montel, qui a aussi quitté le parti, et à d'autres proches de l'ancien bras droit de Marine Le Pen.

"Nous allons leur proposer un échéancier. Et sinon ce sera une procédure judiciaire", prévient Jean-Lin Lacapelle, qui avait déjà réclamé cet argent au frère de Florian Philippot, Damien Philippot. Ce dernier avait remboursé 23.000 euros, quelques jours avant une audience judiciaire.

"Faux et grotesque", selon Philippot. Interrogé par l'AFP, Florian Philippot, qui fête samedi le premier anniversaire de son parti Les Patriotes, a indiqué qu'il n'avait reçu aucun courrier en ce sens, "parce que c'est absolument faux et grotesque".

Le RN, très endetté et qui cumule les pertes, connaît des difficultés financières qui ont été aggravées par la saisie, fin juin, de 2 millions d'euros par les juges qui enquêtent sur des emplois fictifs présumés au Parlement européen. Mercredi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel a validé cette saisie mais réduit son montant de moitié, à 1 million d'euros.