La manifestation contre l'islamophobie divise la gauche

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Prévue dimanche à Paris, la manifestation contre l'islamophobie divise la gauche. Le PS ne participera pas, ni certaines figures de LFI ou du PCF.

Au départ, ils étaient nombreux à avoir signé la tribune pour dénoncer la stigmatisation des musulmans, à l'origine de cette manifestation. Mais la présence d'une personne soupçonnée d'être proche des Frères musulmans, ou encore une petite phrase dans le texte qui dénonce des lois liberticides en France, ont semé le doute à tel point que la gauche désormais s'éparpille et se divise sur sa participation à la manifestation contre l'islamophobie, prévue dimanche à Paris. 

Le Parti socialiste a tranché : il ne se rendra pas à la manifestation mais il compte organiser un rassemblement plus large contre le racisme et l'antisémitisme. Il en appelle à toutes les forces républicaines de gauche.

Jean-Luc Mélenchon ira à la manifestation

Mais le PS a déjà reçu une fin de non-recevoir de la part de Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. "Quel est le sens de cette dispersion ? Le PS va devoir argumenter", écrit-il. Le leader de la France insoumise a pleinement indiqué son soutien à la manifestation de dimanche, à laquelle il participera.

"Bien sûr que je vais participer, j'ai signé un texte", a indiqué le patron des députés Insoumis, interrogé samedi par la presse à Marseille. "Il y a évidemment des mots (du texte) qui ne me conviennent pas, c'est le propre de tout compromis", a-t-il ajouté, citant "islamophobie", qu'une partie des Insoumis "n'utilisaient pas" pour "ne pas donner l'impression qu'on s'interdit de critiquer une religion".

Dans ses rangs, François Ruffin et Adrien Quatennens ont finalement renoncé à participer au rassemblement de dimanche. Eric Coquerel ou Clémentine Autain ont, eux, confirmé leur présence.

Le PCF divisé

Le Parti communiste, quant à lui, a appelé jeudi à manifester malgré les réticences de son secrétaire national Fabien Roussel, qui ne participera pas à la manifestation. Il ne se reconnaît pas dans le terme "islamophobie", indique-t-on au parti.

Europe 1
Par Claudia Bertram, édité par Céline Brégand